mai 24 2009

Calme et tranquille

Etre calme et tranquille à l’image d’Aung San Suu Kyi.

Etre calme et tranquille ;  dans l’attente de ce lundi où reprendra cette mascarade de procès dont l’issue, j’en ai bien peur, est plus que certaine. La partition est déjà écrite, nous le savons tous.

A group of Ms Suu Kyi's supporters outside the jail

Etre calme et tranquille et attendre comme les membres du parti de la LND rassemblés devant la prison d’Insein, autour de U Win Tin, journaliste birman et membre fondateur de la Ligue Nationale pour la démocratie, libéré l’année dernière après 19 ans de détention. Il est aujourd’hui l’objet de menaces et refuse malgré cela, l’idée d’avoir des gardes du corps.

Etre calme et tranquille en pensant à ce Yettaw ! Difficile de le rester ! Mais qui c’est ce mec ? Impossible de penser qu’il puisse être un partisan  d’Aung San Suu Kyi. Pas après avoir fourni à la junte LE pretexte ! Illuminé manipulé par la junte… on ne sait toujours pas bien qui il est, rien n’est clair. L’avocat d’Aung San Suu Kyi l’a qualifié d’imbécile, c’est à mon goût bien trop gentil…

Etre calme et tranquille, et écrire ce petit mot, pas même extraordinaire,sans scoop ni rien, mais c’est le moins que je puisse faire pour Aung San Suu Kyi, simplement être là.

calme et tranquille

Aung San Suu Kyi, je pense à toi

source photos : AFP


mar 24 2009

La LND demande à rencontrer Suu Kyi, toujours privée de liberté

source : Angop International

Rangoun, - Le principal parti d’opposition en Birmanie a fait savoir mardi qu’il avait une nouvelle fois demandé à rencontrer sa dirigeante Aung San Suu Kyi, alors qu’un groupe de travail de l’ONU a estimé que le régime militaire violait les lois du pays en la maintenant en détention.
Dans une déclaration, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Mme Suu Kyi a réaffirmé son droit à s’entretenir avec la lauréate du prix Nobel de la paix, qui a été privée de liberté pendant la majeure partie de ces 19 dernières années.
“Comme la LND est un parti politique qui opère légalement (…), il est essentiel que nous puissions définir la politique du parti, ses règles, ses objectifs et ses projets futurs”, indique le texte, ajoutant que “le moment est venu de prendre des décisions en tenant des discussions avec tous les membres du comité central exécutif”, et “le vice-président Tin Oo et la secrétaire générale Aung San Suu Kyi”.
Tin Oo et Aung San Suu Kyi sont assignés à résidence depuis 2003. La demande de rencontre a été envoyée jeudi dernier par la LND au numéro un de la junte birmane, le généralissime Than Shwe, mais aucune réponse n’a été reçue jusqu’ici, a précisé le parti d’opposition.
Selon des documents publiés lundi par un avocat basé aux Etats-Unis, un groupe de travail de l’ONU sur les détentions arbitraires, qui dépend du Conseil des droits de l’Homme, a estimé que la poursuite de la détention de Mme Suu Kyi était contraire à une loi birmane de 1975 qui ne permet une détention sans inculpation que si la personne concernée représente un risque pour la sécurité de l’Etat ou pour la paix publique.


mar 17 2009

Birmanie : Cinq partisans de Mme Suu Kyi arrêtés

rectification : l’article d’hier (The Irrawaddy)  annonçait 4 membres de la LND arrêtés, en fait il y en a cinq. La communauté internationale semble vouloir reconsidérer sa position vis à vis de la Birmanie. Quelle attitude adoptera t-elle et pour quels résultats ? A voir…Mais pour l’heure, force est de constater que quoi que l’on dise, ou fasse, la junte birmane de par ses dernières arrestations, se rit tout simplement de nous .

source : AFP

Les autorités birmanes ont arrêté cinq membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Mme Aung San Suu Kyi, a annoncé mardi l’opposition, au lendemain d’un rapport de l’ONU dénonçant la détention de 2.100 prisonniers politiques dans ce pays gouverné par l’armée.

Nyan Win, porte-parole de la LND, a indiqué à l’AFP que quatre hommes et une femme appartenant à cette formation avaient été arrêtés la semaine dernière, “sans qu’on connaisse les raisons ou les lieux où ils ont été emmenés”.

L’opposante Aung San Suu Kyi,

à Rangoon le 30 janvier 2008

Dans un nouveau rapport présenté lundi au Conseil des droits de l’homme, le rapporteur spécial de l’ONU pour la Birmanie, Tomas Ojea Quintana, a fait état de plus de 2.100 prisonniers politiques en Birmanie, dont beaucoup ont été jugés “à huis-clos” et condamnés “sans preuve”.

M. Quintana, qui s’est rendu en Birmanie du 14 au 19 février, a relevé que les détenus manquaient de soins médicaux pendant leur séjour en prison et subissaient de “mauvais traitements physiques” durant leurs interrogatoires.

L’armée est au pouvoir en Birmanie depuis 1962 et Mme Suu Kyi, assignée à résidence depuis 2003, a elle-même été privée de liberté pendant la majeure partie des 19 dernières années.


fév 14 2009

Birmanie :

Deux opposants condamnés

source : leJDD.fr

Un tribunal birman a condamné vendredi à 15 ans de prison deux responsables de l’opposition, membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation politique de Aung Sang Suu Kyi. Nyi Bu et Tin Min Htut ont été reconnus coupables en l’absence d’avocats ou de membres de leurs familles, lors d’une audience dans une prison de haute sécurité de Rangoun, a expliqué une porte-parole de la LND. Les deux militants avaient été arrêtés en août, après avoir adressé une lettre ouverte aux Nations unies dénonçant le plan en sept points promis par le régime militaire pour rétablir la démocratie. Cette condamnation intervient à la veille de la venue du rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l’homme en Birmanie, Tomas Ojea Quintana.