fév 21 2009

A la veille d’une vaste amnistie,

Reporters sans frontières

appelle à la liberation

des seize journalistes

et cyberdissidents

Source : Reporters sans frontières

Reporters sans frontières prend acte de la décision des autorités de libérer 6313 prisonniers à partir du 21 février 2009, mais maintient son appel à la libération des seize journalistes et cyberdissidents emprisonnés dans le pays. Le 20 février 2009, la cour de Rangoon a réduit la peine du blogueur Nay Phone Latt de huit ans et demi. Celle du comédien Zarganar a également été réduite de vingt-quatre ans, le 16 février. Ils avaient été condamnés respectivement à vingt ans et demi et cinquante neuf ans de prison en novembre 2008 par un tribunal spécial, interne à la prison où ils étaient alors détenus.

“Cette soudaine amnistie et la révision des peines des deux cyberdissidents coïncide avec la visite en Birmanie du rapporteur sur les droits de l’homme des Nations unies. Nous espérons qu’il ne s’agit pas seulement d’une manipulation des autorités destinée à la seule attention de la communauté internationale. Nous demandons la libération de Zarganar, Nay Phone Latt, Aung Kyaw San, Zaw Thet Htwe, Eine Khine Oo, Kyaw Kyaw Thant, Thant Zin Aung, Thet Zin, U Sein Win Maung, Win Saing, U Thaung Sein, Ko Moe Htun, Ne Min, Monywa Aung-Shin et Aung Htun, ainsi que toutes les personnes interpellées pour avoir contribué à l’information sur les manifestations de septembre 2007 et le cyclone Nargis de mai 2008”, a déclaré l’organisation.

lire la suite