Soutien à Zarganar

source : Amnesty INternational

Cinquante-neuf ans de prison pour faire taire un comique

Zarnagar

Zarganar, comique, acteur et réalisateur très populaire, critique déclaré de la junte militaire au pouvoir au Myanmar, a été condamné fin novembre à une peine d’emprisonnement d’une durée totale de cinquante-neuf ans. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion. Après le passage du cyclone Nargis, qui a frappé le Myanmar en mai 2008, Zarganar a lancé des initiatives pour collecter des fonds auprès de donateurs privés et distribuer des secours.
Après sa participation à l’action humanitaire bénévole, il a été arrêté le 4 juin 2008 pour avoir critiqué, dans des entretiens accordés à des médias étrangers, le comportement du gouvernement face à la crise. Zarganar avait alors donné des informations sur l’ampleur du désastre dissimulées par les médias du Myanmar qui sont contrôlés de près par les autorités. Avec des volontaires, il a recueilli des éléments sur le cyclone et les opérations de secours, rassemblant des séquences vidéo et des photos des zones touchées.
Pour avoir aidé des rescapés du cyclone, au moins 21 autres bénévoles ont été arrêtés. Les cinquante-neuf ans d’emprisonnement auxquels Zarganar a été condamné comportent trois peines de quinze ans qui punissent des atteintes à la loi sur les communications électroniques. Amnesty International a des raisons de le croire en mauvaise santé. Il risque également de subir la torture et d’autres mauvais traitements. Zarganar est actuellement incarcéré à la prison de Myitkyina, dans l’état Kachin (nord du pays). Pour sa famille, qui réside à Yangon, environ quatre jours de trajet sont nécessaires pour lui rendre visite.
Au Myanmar, c’est souvent la famille qui fournit des médicaments aux prisonniers et complète leur alimentation, ce qui est très difficile lorsque des personnes sont emprisonnées loin des leurs.

Mon Général,


Zarganar, comique, acteur et réalisateur très populaire au Myanmar, a été condamné fin novembre à une peine d’emprisonnement d’une durée totale de cinquante-neuf ans. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion. En effet, après le passage du cyclone Nargis qui a frappé le Myanmar en mai 2008, Zarganar a lancé des initiatives pour collecter des fonds auprès de donateurs privés et distribuer des secours. Il a été arrêté le 4 juin 2008 après sa participation à l’action humanitaire bénévole, pour avoir critiqué, dans des entretiens accordés à des médias étrangers, le comportement du gouvernement face à la crise.

En tant que membre, sympathisant(e) d’Amnesty International je vous demande sa libération immédiate et sans condition. Je vous exhorte à cesser d’incarcérer quiconque pour des raisons d’opinion et d’utiliser abusivement les lois sécuritaires pour réprimer toute expression pacifique d’opinions divergentes.
En espérant que vous ferez droit à ma requête, je vous prie de croire, Mon Général, à ma très haute considération.

Signature/Nom/Adresse

Pour vous aider à la rédaction des lettres vous pouvez vous référer à la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies de 1948 : article 19 sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression ; article 20 sur le droit à la liberté de réunion et d’association pacifique.

Lettre à adresser au ministre
de l’Information :
Brigadier-General Kyaw Hsan
Minister of Information
Ministry of Information
Bldg. (7), Naypyitaw
Myanmar
E-mail : mailto:media.moi@mptmail.net.mm
Fax : 00 95 67 412 363

Formule d’appel : Dear General,/ Mon Général, (si c’est un homme qui écrit) ou Général, (si c’est une femme qui écrit)

copie à envoyer à :
Ambassade du Myanmar
60, rue de Courcelles
75008 Paris
Fax : 01 45 62 13 30
E-mail : mailto:me-paris@wanadoo.fr

Affranchissement avion
jusqu’à 20 g : 0,85 €

Modèle de lettre à télécharger au format WORD

Share and Enjoy:
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks

One Response to “Soutien à Zarganar”

Leave a Reply