Nouveaux heurts communautaires en Birmanie

source : lemonde

Les 800 000 Rohingyas de Birmanie, confinés dans l'Etat Rakhine, sont privés de nationalité et sont considérés par les autorités comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin.

Les 800 000 Rohingyas de Birmanie, confinés dans l’Etat Rakhine, sont privés de nationalité et sont considérés par les autorités comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin. | AFP/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Trois personnes ont été tuées dans de nouveaux affrontements entre membres de l’ethnie rakhine, des bouddhistes, et des musulmans Rohingyas dans l’ouest de la Birmanie, en proie à de graves violences communautaires depuis juin, a-t-on appris mardi de sources officielles.

“On nous a informé que trois personnes – un Rakhine et deux femmes musulmanes – avaient été tuées dans le village de Pandeinkone pendant les affrontements” de lundi, a indiqué Hla Thein, chef de la cour suprême de l’Etat Rakhine. Des centaines de maisons ont été brûlées dans ces heurts qui se sont propagés dans deux villages voisins.

AU MOINS 90 MORTS DEPUIS JUIN

Les violences entre Rakhines et Rohingyas, une minorité apatride considérée par l’ONU comme l’une des plus persécutées au monde, ont fait au moins 90 morts depuis juin selon des chiffres officiels que beaucoup d’organisations jugent sous-estimés. Plus de 50 000 musulmans et 10 000 Rakhines ont été déplacés.

Une source policière a indiqué que le couvre-feu avait été imposé dans la zone entre 19 heures et 5 heures et que les mesures de sécurité avaient été renforcées. Les violences se poursuivaient mardi matin, a-t-il par ailleurs ajouté. “Une cinquantaine de maisons ont été incendiées” en début de journée.

Les 800 000 Rohingyas de Birmanie, confinés dans l’Etat Rakhine, sont privés de nationalité et sont considérés par les autorités comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin. Beaucoup de Birmans ne cachent pas une réelle hostilité à leur encontre. Les autorités birmanes ont récemment décidé de ne pas donner leur feu vert à une représentation de l’Organisation mondiale des pays musulmans (OCI), après que des milliers de moines bouddhistes ont protesté contre ce projet dans plusieurs villes du pays.

Mais dimanche, le président Thein Sein a estimé dans une conférence de presse qu’il devait accepter l’aide de la communauté internationale. “Si nous rejetons l’aide humanitaire, la communauté internationale ne nous acceptera pas”, a déclaré Thein Sein. “Nous devons nourrir les gens. Cela coûte 10 000 dollars par jour (…). Notre gouvernement n’en a pas les moyens.” Il a assuré qu’il continuerait à accepter aussi l’aide des pays musulmans. “Concernant l’OCI, je ne fais pas de différence entre les religions ou les ethnies. Ils veulent donner de l’aide humanitaire et ils en ont donné”, a indiqué Thein Sein.

Share and Enjoy:
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks

One Response to “Nouveaux heurts communautaires en Birmanie”

  • Bloguer ou ne pas bloguer » Remous sur des gambettes Says:

    [...] Blog4Burma : je me fais draguer par les tenants du courant Muslim en Birmanie ; peine perdue… Quand au htag-Burma à Paper.li, il est, depuis des semaines, de plus en plus proche de cette minorité. Hélas, je n’ai pas encore trouvé le moyen de se désabonner d’un Paper.li… Alors que c’est, justement, de ça dont on ne veut pas : « Jehad is the only solution«  – 800 Houses of Pauk Taw, burn down by illegal immigrants from Bangladesh, Bangelis Muslim – Nouveaux heurts communautaires en Birmanie. [...]

Leave a Reply