Comme en Egypte et en Tunisie, la Birmane Aung San Suu Kyi veut utiliser Twitter

source : AFP

Aung San Suu Kyi, le 8 février 2011 à Rangoun

La célèbre opposante birmane Aung San Suu Kyi compte bientôt ouvrir des comptes sur les sites internet Facebook et Twitter, à l’instar des militants pro-démocratie qui ont utilisé les réseaux sociaux en Egypte et en Tunisie, a-t-elle dit dans une interview publiée samedi au Canada.

Libérée en novembre, la “Dame” de Rangoun est désormais connectée à internet à son domicile, une première pour celle qui a passé la majeur partie des 20 dernières années en résidence surveillée, sans possibilité de communiquer.

Mais le débit de la connexion fournie par une société contrôlée par la junte au pouvoir, moyennant un abonnement de plus de 1.000 dollars par mois, est trop lent pour lui permettre d’accéder aux réseaux sociaux, a-t-elle déploré dans une interview accordée au journal canadien The Globe and Mail.

“Nous avons demandé à avoir une meilleure liaison” et “dès que les conditions seront bonnes, je veux avoir Facebook et Twitter”, a déclaré la lauréate du Prix Nobel de la paix.

Les deux sites américains ont joué un rôle central dans l’organisation des récentes manifestations qui ont abouti au départ des présidents Ben Ali et Moubarak. En Iran également, Facebook et Twitter sont utilisés par les défenseurs des droits de l’homme afin de diffuser leurs messages hostiles à la République islamiste.

Mme Suu Kyi a salué le rôle de l’armée égyptienne durant la révolution. “L’armée égyptienne n’a pas tiré sur les gens ce qui est la grande différence” avec la Birmanie, a-t-elle noté.

Les manifestations de 1988 qui ont vu émerger Mme Suu Kyi comme chef de file de l’opposition avaient été réprimées dans le sang, faisant quelque 3.000 morts. De même, les protestations menées par des moines en 2007 ont été dispersées par l’armée birmane.

“Vu que l’armée birmane descend la population, il est peu probable que les gens aient envie d’aller dans la rue”, a-t-elle remarqué, ajoutant que “d’un autre côté, on ne peut pas dire que l’armée birmane va éternellement tirer sur la population”.

Share and Enjoy:
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks

One Response to “Comme en Egypte et en Tunisie, la Birmane Aung San Suu Kyi veut utiliser Twitter”

Leave a Reply