avr 27 2011

Thein Sein Appoints Presidential Advisors

à voir….

source : The Irrawaddy

President Thein Sein, right, and Vice President Thiha Thura Tin Aung Myint Oo attend a reception to mark the 64th anniversary of Union Day in Naypyidaw on Feb. 12. (Photo: AP)

Burmese President Thein Sein has appointed a presidential advisory board, which includes a chief economic advisor who is a close friend of opposition leader Aung San Suu Kyi.

According to some of the appointed advisors, the advisory board consists of three committees—political, economic and legal—which will, in turn, be made up of three members each. The economic advisory board will be led by U Myint, a well-known Burmese economist with a close personal relationship with Suu Kyi.

Speaking to The Irrawaddy on Wednesday, U Myint said his appointment came after he was called in by Thein Sein for a personal meeting. He described the appointment as a positive step by the new civilian government.

“I think the president is confident that I wish to do good for our own country,” he said. “I think that we are on the same page. That’s why I accepted this responsibility.”

He said his first advice to the president would be related to the country’s agricultural sector and tackling poverty, adding that he believes the president shares his desire to carry out economic reforms.

U Myint, 73, was previously a professor of economics at Rangoon University. He also served as the director of the economics department in the Ministry of Foreign Affairs. Later, he headed the Research Department at the United Nations Economic and Social Commission for Asia and the Pacific. He is currently the director of the Tun Foundation Bank in Rangoon.

In a seminar last year, U Myint said that as long as the Burmese government and its cronies were controlling the country’s economy, the country would face the same dismal economic situation even in the year 3010.

Asked about his position as an advisor to Thein Sein and as a friend of Suu Kyi, U Myint said, “I very much wish to see reconciliation in Burma. I will try to help bring about that. I will meet with Daw Aung San Suu Kyi with whom I am very friendly. She is a woman who can do a lot for the country, as she continues to do now.”

“Although it is still not clear how much I can do, and how much they [the government] will do at this point, I think this is an unusual but a positive step,” he said. “We have to sit down and discuss what to do. It will take time to change things under the current circumstances.”

During last week’s cabinet meetings, President Thein Sein stressed the importance of building the country’s infrastructure and boosting agricultural development—echoing policies frequently espoused by the former military junta in which he served as the prime minister.

In the president’s new political advisory board, Ko Ko Hlaing, a retired military officer who used to work in the Research Department at the War Office of the Ministry of Defense, was appointed chief advisor. He is currently working on an international news program for the state-run MRTV-4 television channel.

The other two members in the political advisory board are Ye Tint and Dr. Nay Zin Latt, both former military officers—with Ye Tint, the managing director of a government-backed printing and publishing enterprise, and Nay Zin Latt, an executive member of the Burma Hoteliers’ Association.

Ko Ko Hlaing said his role is to advise the president about international political events, but not domestic issues. Commenting on the US’ twin policy of economic sanctions and engagement with Burma, he said mutual understanding would be crucial to establishing good relations between the two countries.

“It’s difficult to expect solid changes,” he said. “Things have to proceed gradually.”

He said that Burma will continue to build peaceful relations with all countries, including North Korea.

The legal advisory board will be led by Police Col. Sit Aye, the former director of the Home Ministry’s International Relations Department.


avr 19 2011

Freedom House: Internet in Burma is ‘Not Free’

source : The Irrawaddy

Two Buddhist monks go online at an Internet cafe in Rangoon where owners are required to keep records of all users. (Photo: AFP)

Burma ranked second to last in Internet freedom in a report called “Freedom on the Net 2011,” released on Monday by information watchdog Freedom House.

While utilizing information and communication technologies (ICTs) for its own business and propaganda purposes, the Burmese regime aggressively regulates access to the Internet by its citizens and punishes them for online activity that is seen as detrimental to the junta’s security, according to the Freedom House report, which surveys the current ICTs situation and trends in Internet freedom in Burma and 37 other countries.

“There has been gradual improvement in access to ICTs over the past three years, but the [Burmese] junta has also aggressively targeted users who are involved in anti-government activities or have contact with foreign news media,” the Washington-based information watchdog said in its report.

Cyber attacks, politically motivated censorship and government control over Internet infrastructure are among the growing threats to Internet freedom, the Freedom House report said.

Chart: The Economist

“These detailed findings clearly show that Internet freedom cannot be taken for granted,” said David J. Kramer, executive director of Freedom House. “Nondemocratic regimes are devoting more attention and resources to censorship and other forms of interference with online expression.”Freedom House, a non-governmental organization, was founded in 1941 and conducts research and advocacy on democracy, political freedom and human rights. The organization publishes an annual report each year.

Freedom on the Net 2011” follows a pilot edition that was released in 2009. The report evaluates Internet freedom in each of the 37 countries based on barriers to access, limitations on content and violations of users’ rights.

There are two main Internet service providers in Burma: Myanmar Post and Telecommunication (MPT) and Yatanarpon. According to the Freedom House report, the military regime controls the Internet infrastructure in two ways: total shutdowns and temporary reductions in bandwidth to slow the flow of information.

“Yatanarpon Teleport blocks almost all Burmese exiles and foreign Burmese-language media outlets and blogs, as well as the sites of dozens of foreign newspapers and television networks,” said the report. “It also blocks the websites of international human rights groups.”

The report also highlighted the fact that only one percent of Burma’s population of 53.4 million are Internet users and the over 520 registered cyber cafés are located mainly in a few major cities.

Although there is now over 10,000 blogs by Burmese nationals, only 52 percent of Burmese bloggers write from Burma and the rest write from abroad.

Since its 2007 crackdown on the “Saffron Revolution” led by Buddhist monks, the military regime has more strictly enforced the ownership of cyber cafés and required them to monitor users’ screens and cooperate with criminal investigations.

Both online and off-line censorship and information controls increased surrounding the November 7, 2010 national elections, and Internet connections were interrupted between late October and the end of December 2010.

The junta also set up a “Blog Supervising Committee” in every government ministry in late 2007, and instructed civil servants to write pro-government blogs to counter outside bloggers and foreign or exile media, and to attack democracy activists like Aung San Suu Kyi.

Many leading exile websites—including The Irrawaddy, Mizzima, Democratic Voice of Burma, and New Era Journal—have been temporarily shut down by hackers since 2008. All of the attacks to date have been distributed denial-of-service (DDoS) attacks.

Military sources inside Burma said that the junta has dispatched officers to Singapore, Russia, and North Korea for information-technology training, and that these officers are assigned to monitor e-mail messages and telephone conversations and to hack opposition websites.

China also provides training and assistance, according to the Committee to Protect Journalists.

The regime has promulgated three laws regarding ICTs: the Computer Science Development Law that made possession of an unregistered computer modems and connection to unauthorized computer networks punishable by up to 15 years in prison; the Wide Area Network Law; and the Electronic Transactions Law, under which Internet users face prison terms of 7 to 15 years, and possible fines, for “any act detrimental to,” and specifically “receiving or sending and distributing any information relating to,” state security, law and order, community peace and tranquility, national solidarity, the national economy, or national culture.

The new Constitution, drafted by the junta and approved in a highly-criticized 2008 referendum, does not guarantee Internet freedom

The Freedom House report found that Estonia had the greatest degree of Internet freedom among the 37 countries examined, while the United States ranked second. Iran received the lowest score in the analysis and Burma received the second lowest. Eleven countries received a ranking of “Not Free,” including Belarus, Burma, China, Cuba, Saudi Arabia and Thailand.


avr 17 2011

Les homosexuels birmans rêvent d’acceptation, comme en Thaïlande voisine

source : romandie.com

Tin Soe avait tout juste quatre ans lorsqu’il a réalisé qu’il était différent des autres petits garçons de son entourage. Mais dans une Birmanie conservatrice et sous la coupe des militaires, il a eu du mal à faire accepter à ses proches ce qu’il était. Homosexuel.

“La soeur du mon grand-père a dit que si je devenais moine, ma sexualité changerait. Alors j’ai été moine pendant trois mois, mais ma sexualité n’a jamais changé”, raconte le jeune homme de 30 ans, dont le nom a été modifié.

Un mélange de politique totalitaire, de jugements religieux et de moeurs sociales conservatrices maintient les gays birmans dans la clandestinité.

Ils ont même inventé un langage bien à eux pour ne pas éveiller les soupçons, ajoute Tin Soe, qui travaille pour une ONG de prévention contre le sida.

“Nous voulons être discrets et nous ne souhaitons pas que d’autres personnes comprennent ce que nous disons. Alors nous déformons la prononciation”.

Cette situation est bien loin de la Thaïlande voisine, où la communauté homosexuelle et transsexuelle est largement acceptée comme une partie intégrante de la société. Une société pourtant elle aussi majoritairement bouddhiste.

“De plus en plus de Birmans voyagent en Thaïlande et voient ce qui se passe là-bas”, explique un salarié de l’industrie du tourisme en Birmanie. “Mais ici, les gays sont encore méprisés”.

Le rejet de l’homosexualité est souvent lié à des croyances religieuses sur le mauvais karma, affirme Tin Soe. Beaucoup de gens pensent que “nous sommes gays parce que nous avons fait quelque chose dans une vie antérieure. Que dans une vie antérieure, j’ai commis un adultère ou violé une femme. Mais je ne crois pas à ça”.

“Ce n’est pas comme en Iran où ils sont tués, mais les gays ont une histoire étrange dans ce pays”.

Le seul domaine où les non-hétérosexuels sont ouvertement acceptés est dans le culte des “nats” (esprits), forme d’animinisme étroitement lié aux croyances bouddhistes dans le pays.

Des médiums efféminés et hauts en couleur sont au coeur de festivals des “nats” tout au long de l’année. Mais leur acceptation a contribué à renforcer les stéréotypes sur l’homosexualité.

Officiellement, le code pénal hérité de l’époque coloniale interdit les relations sexuelles entre personnes du même sexe. Et même s’il n’est plus strictement appliqué, les militants le jugent à l’origine des discriminations.

Les autorités “l’utilisent comme excuse pour faire de l’argent et harceler les gens mais les affaires ne vont pas jusqu’au tribunal”, indique ainsi Aung Myo Min, exilé birman ouvertement gay, qui dirige l’Institut birman d’éducation sur les droits de l’Homme en Thaïlande.

Dans un pays dirigé depuis un demi-siècle par des régimes militaires, toute tentative de revendication de droits, quels qu’ils soient, est étouffée.

“Celui qui commence à demander des droits pour la communauté gay sera envoyé en prison”, assure un autre militant de Rangoun.

Une situation qui rend difficile la lutte contre l’épidémie de sida: dans certaines villes comme Rangoun ou Mandalay, 29% des homosexuels sont séropositifs, selon le dernier rapport du programme de l’ONU contre le sida.

“Nous avons beaucoup de militants dans ce pays, mais nous ne pouvons pas faire campagne ouvertement”, déplore Tin Soe.

La situation générale s’est malgré tout améliorée, estime un homosexuel de Rangoun, 52 ans, qui se souvient des “lance-pierres” utilisés contre lui lorsqu’il était adolescent.

Mais la route est encore longue vers une Birmanie tolérante. “Nous voulons être comme en Thaïlande, où les gays ont des chances égales”, plaide le quinquagénaire.


avr 15 2011

Birmanie : Obama nomme un émissaire

source : lefigaro

Le président américain Barack Obama a nommé Derek Mitchell, actuellement conseiller au Pentagone, au poste d’émissaire spécial pour la Birmanie avec pour mission de modeler l’approche américaine envers ce pays en transition politique. La nomination de Derek Mitchell, un spécialiste de l’Asie, doit maintenant être approuvée par le Sénat.

Les Etats-Unis entretiennent des relations tendues avec la Birmanie, en raison notamment des pressions subies par l’opposante Aung San Suu Kyi, libérée en novembre dernier par la junte.
Barack Obama avait décidé fin 2009 d’entamer un dialogue avec la junte birmane, partant du constat que les sanctions seules n’avaient guère de prise sur l’un des régimes les plus fermés au monde. Mais cette politique, assortie de la poursuite de sanctions, peine à donner des résultats. Les Etats-Unis ont fait part de leur déception quant à la transition engagée dans le sillage des élections de novembre, qualifiées de supercherie par une grande partie de la communauté internationale.
La junte birmane a été dissoute à la fin du mois dernier et ses pouvoirs transférés à un nouveau président. Le généralissime Than Shwe, homme fort de la junte depuis 1992, s’est retiré, mais l’armée conserve le contrôle des nouvelles institutions.


avr 14 2011

BIRMANIE-THAÏLANDE: La fermeture prévue des camps de réfugiés, source de préoccupation

source  : IRIN

Les Birmans se sont réfugiés en Thaïlande il y a de nombreuses années pour échapper au conflit

Selon les estimations du Thailand Burma Border Consortium (TBBC) un groupe d’organisations non gouvernementales internationales (ONGI) opérant le long de la frontière, qui s’étend sur 1 800 kilomètres, environ 142 000 réfugiés birmans vivent dans neuf camps gérés par le gouvernement.

« Prévoir de fermer ces camps maintenant serait prématuré », a dit à IRIN Jack Dunford, directeur exécutif du TBBC, le 11 avril ; le TBBC fournit des vivres et des abris aux réfugiés dans les camps.

« Nous voulons tous que les camps ferment et que les réfugiés retournent chez eux. Mais cela ne pourra arriver que lorsque la situation aura changé en Birmanie, ce qui permettra aux réfugiés de rentrer dans leur pays en sécurité et avec dignité ».

Un avis partagé par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui a officiellement inscrit sur ses registres environ 100 000 réfugiés birmans en Thaïlande.

« Les camps fermeront à l’avenir, c’est logique ; mais pour cela, les conditions doivent être réunies de l’autre côté », a estimé Kitty McKinsey, porte-parole de l’organisme.

Leurs commentaires faisaient suite à l’annonce, dans les médias le 10 avril, que Bangkok entendait fermer les camps après le transfert de pouvoir récent au nouveau gouvernement birman.

« Ils [les réfugiés birmans] sont en Thaïlande depuis plus de 20 ans et ils sont devenus un fardeau pour nous car nous sommes obligés de nous occuper d’eux », aurait déclaré Tawin Pleansri, chef du Conseil de sécurité national.

« Je ne peux pas dire quand nous fermerons les camps, mais nous comptons le faire », a-t-il dit à la suite d’une réunion du Conseil de sécurité, présidée par le Premier ministre Abhisit Vejjajiva. « Le dialogue est en cours avec le gouvernement birman », a-t-il expliqué.

Selon les estimations du HCR, la Thaïlande compte environ 100 000 réfugiés inscrits sur les registres, et quelque 9 000 demandeurs d’asile.

La plupart des réfugiés sont issus de minorités ethniques birmanes, essentiellement des ethnies des Karen et des Karenni. Dans les camps, la majeure partie de l’aide reçue par les réfugiés est assurée par les ONG, tandis que le HCR s’efforce de mener des activi tés et des programmes de protection afin d’assurer leur sécurité.

L’organisme recommande également d’accorder une plus grande liberté de circulation aux réfugiés pour leur permettre de sortir des camps, en particulier pour travailler, dans une économie thaïlandaise qui manque de main-d’œuvre.

Depuis le lancement, en 2005, du programme de réinstallation dans un pays tiers, plus de 58 000 réfugiés birmans ont été réinstallés hors des camps, principalement aux Etats-Unis, au Canada et en Australie.

La réinstallation est un des principaux volets du plan stratégique défini par le HCR en vue d’aider les Birmans réfugiés en Thaïlande.

ds/mw-nh/amz


avr 13 2011

Mi figue, mi raisin, l’Union Européenne allège et maintient tout à la fois les sanctions contre la Birmanie. Les explications sur sa stratégie.

source : lepost  -  article : Pierre martial

Lors d’une réunion à Luxembourg, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé de maintenir pour un an les sanctions contre la Birmanie tout en les allégeant. Objectif: contraindre le nouveau gouvernement birman à dialoguer avec Aung San Suu Kyi, l’opposition démocrate et les différentes ethnies pour le développement de la démocratie et le renouveau économique du pays.



Mi figue, mi raisin, l'Union  Européenne allège et maintient tout à la fois  les sanctions contre la  Birmanie.

C’est la première fois depuis la mise en place des sanctions contre la Birmanie en 1996 que celles-ci ne sont pas renforcées mais au contraire allégées. 

“Nous avons pris connaissance des changements qu’il y a eu récemment en Birmanie au niveau du gouvernement et nous allons maintenant juger ce nouveau gouvernement sur ses actes, a déclaré David Lipman, ambassadeur de l’Union Européenne auprès de la Birmanie. 

Au niveau économique, les sanctions restent les mêmes pour le moment. Et les diverses interdictions en matière d’investissement ou d’importations européennes d’armes, de bois, métaux, minerais et pierres précieuses sont maintenues. 

Par contre, de nombreux gels d’avoirs sont suspendus et les interdictions de visas des membres civils du gouvernement, dont le ministre des affaires étrangères Wunna Maung Lwin, sont levées. 


Pour ou contre le maintien des sanctions?

Mi figue, mi raisin, l'Union Européenne allège  et maintient tout à la fois  les sanctions contre la Birmanie.

Les sanctions économiques et le quasi embargo contre la Birmanie mis en place par les Etats-Unis et l’Union Européenne depuis près de 20 ans avaient pour but d’obliger la junte militaire à évoluer vers une démocratisation du pays et un respect des droits de l’homme. Ont-elles été utiles? 

Non, répondent les anti-sanctions en rappelant que ces mesures ont été totalement inefficaces pour faire libérer Aung San Suu Kyi (qui a a passé le tiers de sa vie en prison ou en liberté surveillée), et qu’elles n’ont pas empêché la junte de réprimer brutalement tous ses opposants. Ils ajoutent qu’elles ont complètement appauvri le pays qui, victime de cet isolement forcé, a insensiblement glissé sous domination chinoise. 

Les sactions ont été et sont toujours indispensables, affirment, quant à eux, les pro-sanctions pour lesquels elles sont à la fois le seul moyen de coercition que l’Occident ait sur le régime, un puissant outil de dénonciation internationale de la dictature et une nécessité afin de ne pas enrichir plus largement les dirigeants birmans. Bien utilisées, ajoutent-ils, elles peuvent devenir un outil pour forcer le régime à se démocratiser.


Qu’en pense Aung San Suu Kyi ?

Mi figue, mi raisin, l'Union  Européenne allège et maintient tout à la fois  les sanctions contre la  Birmanie.

La Dame de Rangoun l’a rappelé à plusieurs reprises : ce n’est ni elle, ni son parti, la Ligue Nationale pour la Démocratie, qui ont été à l’origine de la demande de mise en place de sanctions contre la Birmanie. Ce sont les Etats-Unis, l’Union européenne, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. 

La LND ne pense pas, à priori, que la situation économique désastreuse du pays soit dûe aux seules sanctions occidentales mais plutôt à la gouvernance erratique de la Birmanie. N’ayant toutefois pas les moyens de mener une enquête socio-économique globale, elle estime bénéfique “une analyse des effets des sanctions, menée par une équipe de professionnels respectés”. 

Aung San Suu Kyi et la LND appellent également, dans leur résolution daté du 3 janvier 2011 et intitulée “analyse sur l’économie birmane” (en ligne sur leur site internet www.nldburma.org), à des discussions avec les pays occidentaux “dans le but de trouver un accord sur quand, comment et dans quelles circonstances les sanctions pourraient être levées dans l’intérêt de la démocratie, des droits de l’homme et du développement économique” 

Avec un préalable non négociable: la libération des 2000 prisonniers d’opinion birman, dont de nombreux membres de la LND condamnés à des peines souvent hallucinantes et les purgeant dans des conditions scandaleuses (cf rapport de l’AAPP) 


L’Union Européenne et “la Voie du Milieu”

Mi figue, mi raisin, l'Union Européenne allège  et maintient tout à la fois  les sanctions contre la Birmanie.

Après avoir rencontré Aung San Suu Kyi et plusieurs dirigeants démocrates à Rangoun en mars dernier, pris connaissance de nombreux rapports aussi documentés les uns que les autres mais aux conclusions diamétralement opposées et entendu les lobbystes des deux camps, l’Union européenne, très bouddhiste sur ce coup-là, a choisi “la Voie du Milieu”: 

Sa décision finale? Alléger et maintenir les sanctions tout à la fois. 

Et dans les prochains mois, elle veut, primo: multiplier les rencontres de haut niveau avec les dirigeants birmans (d’où la levée, entre autres, des interdictions de visas). Secundo: faire pression sur eux afin qu’ils ouvrent un véritable dialogue avec Aung San Suu Kyi, les démocrates birmans et les minorités éthniques. Et tertio: les pousser à s’engager dans une “transition pacifique vers la démocratie, le respect des droits de l’homme et la libération de toutes les personnes détenues pour leurs convictions politiques“ 

Le programme est certes ambitieux et les Etats-Unis s’y sont, jusqu’à présent, cassé les dents, mais le message européen au nouveau gouvernement birman est clair : plus vous avancerez vers une véritable démocratie et un respect des Droits de l’Homme et plus nous “allégerons” vos sanctions! 



Pierre MARTIAL 

www.aungsansuuky.fr www.facebook.com/FranceAungSanSuuKyi


avr 12 2011

Military Plays a Civilian-Looking Game

source : The Irrawaddy

Burma’s newly elected President Thein Sein (C), Vice Presidents Tin Aung Myint Oo (centre L) and Sai Mauk Kham (centre R) as well as members of the National Defence and Security Council pose for a group photo in parliament, in Naypyidaw on March 31, 2011. (Photo: Reuters)
A new quasi-civilian government has taken over in Burma, but diplomats, analysts and pro-democracy activists are dismissing it as nothing more than “old wine in a new bottle”.Burma analysts believe that strongman Than Shwe has only retreated to the backroom. Than Shwe recently stepped down as commander-in-chief of the Burmese army and relinquished day-to-day control of the country after nearly two decades as head of the military junta.

“He is likely to be pulling the strings from behind the curtain,” said the Burmese academic Win Min, now based in the US. “He will use his influence behind the scenes, relying on personal patronage and connections.”

“If anyone thinks this new government is a step towards democracy they are sadly mistaken,” said Maung Zarni, researcher at the London School of Economics.

Yet there are those who see change coming to Burma, though not the sort that most Burmese people are yearning for.

A new system of government has been unveiled, in which parliament will play a subsidiary part, and the executive, headed by newly elected president Thein Sein, will play the leading role.

The new government was formed after elections last November, in which the pro-junta Union Solidarity and Development Party (USDP) won by a landslide. Most western countries, and the pro-democracy movement led by Nobel Peace Laureate Aung San Suu Kyi, have rejected the results as a sham.

But there has been a clear transfer of power to a new generation. Although mainly military men or former soldiers, most of Burma’s new leaders are under the age of 60 and have a technocratic background. Even the military officers turned politicians, who occupy part of the 25 percent of parliament seats reserved for serving soldiers, have a different outlook.

The new army chief, 55-year-old Gen Min Aung Hlaing, is reported to be a professional soldier keen on restoring the prestigious image of the army tainted by the repression after the uprising of 1988, and the 22 years of authoritarian rule that followed.

There are other signs of change. On his recent visit, senior Chinese leader Jia Qinglin, the fourth most important man in the Communist Party’s political bureau, did not meet Than Shwe. Jia was instead hosted by Thura Shwe Mann, speaker of the Lower House and vice-president of the ruling party USDP.

But there are other signs that those who have resigned or retired from the army no longer have their military stripes. Soldiers no longer guard the homes of former top military officers, including Than Shwe and the former No. 2 leader Maung Aye, either in the capital Naypyidaw or Rangoon, according to residents in these cities. The police have taken over that duty, as they do in most countries that are regarded as civilian democracies.

This is a sign that Burma is moving, albeit tentatively, towards becoming a civilian-governed society. Of course, what Burma is experiencing now is a transition; it is not yet democracy and it may not yet be significant change.  It is something akin to Indonesia under Suharto’s Golkar-led government.

This may not be the sort of democracy that most Burmese people want, but it could be a significant step towards an Asian-style democracy. Even in Thailand the military continues to play a significant political role behind the scenes, and in the recent past shown it was not averse to intervening with force as it did in September 2006, the last time the military staged a coup.
This is the critical hope for Burma - a transition similar to what has happened in Bangladesh, Indonesia and Thailand in the last 20 years.

Of course, worrying signs still remain that Burma’s form of “disciplined democracy” as the military prefer to call it, may not match the minimum standards of civilian-military regimes in the rest of Asia. Too many military men and former soldiers dominate the country’s emerging political scene. Change is impossible as the military mind remains entrenched even in the new political system which pretends to be a civilian administration, according to Maung Zarni.

Even if the top generals have retired to the back room, the new crops of officers are effectively clones. “The officer corps are a sub-class of society that has come to view themselves as the ruling class, feeling they are eternally entitled to rule,” Zarni said in an interview with IPS.
“Whoever takes their places (Than Shwe and Maung Aye) will not be more enlightened or more progressive, simply because they have all been inculcated with thuggish, racist, sexist and neo-totalitarian leadership values, and only junior generals who are their mirror image have been promoted,” said Zarni.

As yet there is still little room for discussion and dialogue - crucial elements of a democracy or an emerging civilian form of government. Parliament is yet to be a fully functioning legislature, though some questions that had been taboo before - ethnic education issues, land confiscation, the release of political prisoners - were put to the president.

The parliament is now in recess and may not meet again for another year, the minimum set by the constitution.

But above all there is no role as yet for Burma’s real opposition - Aung San Suu Kyi and the National League for Democracy (NLD) - though the opposition leader has asked to meet the new president and government, according to senior sources in the NLD.

But there is good reason to remain skeptical. Change will not happen quickly.

“The train has left the station, but we don’t know where it going or how long the journey will be,” said a Burmese academic on condition of anonymity.


avr 11 2011

La Thaïlande veut fermer ses camps de réfugiés birmans

source : romandie.com

La Thaïlande veut fermer ses camps de réfugiés et renvoyer plus de 100.000 personnes en Birmanie où des élections ont été récemment organisées, a indiqué lundi un responsable du gouvernement, en admettant des contacts entre les deux capitales sur ce dossier.

La grande majorité des réfugiés sont membres de la minorité karen et ont fui les persécutions et les combats qui opposent depuis des années l’armée birmane aux rebelles qui réclament plus d’autonomie et de droits.

“Ils vivent en Thaïlande depuis plus de vingt ans et ils sont devenus un fardeau pour nous”, a déclaré Tawin Pleansri, secrétaire général du Conseil de Sécurité nationale, soulignant que Bangkok entendait saisir l’opportunité des récents changements politiques en Birmanie.

“Le nouveau gouvernement birman est entré en fonction pour diriger le pays (..). C’est un bon changement”.

Après des élections organisées en novembre, le généralissime Than Shwe, au pouvoir depuis 1992, a pris sa retraite de l’armée fin mars et un ancien général, Premier ministre sortant, a été nommé président du pays en vertu d’une nouvelle Constitution.

Ces changements ont été accueillis avec beaucoup de scepticisme en Occident, où experts, chancelleries et opposants en exil relèvent que l’armée a conservé le contrôle du pouvoir.

Mais la Thaïlande s’est gardée de tout commentaire sur les réformes de son voisin, avec qui il entretient des liens économiques très importants.

Les autorités thaïlandaises sont “en discussion avec le gouvernement birman” au sujet des réfugiés, a donc précisé Tawin. Ainsi qu’avec le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

“Je ne peux pas dire quand nous fermerons les camps, mais nous avons l’intention de le faire. Je sais que ce ne sera pas facile”, a-t-il précisé.

Kitty McKinsey, porte-parole du HCR, a émis de vives réserves.

“Nous comprenons que le gouvernement thaïlandais ne veuille pas que les réfugiés restent ici pour toujours”, a-t-elle expliqué à l’AFP. “Mais la solution n’est pas de forcer les gens à rentrer dans un pays toujours dangereux”.

Les départs, a-t-elle insisté, doivent demeurer volontaires et en toute sécurité.

Ces camps théoriquement temporaires, créés au milieu des années 1980, accueillaient en janvier dernier environ 142.000 personnes, selon le Thailand Burma Border Consortium (TBBC), réseau d’ONG qui s’occupe des neuf camps installés le long de la frontière birmane.

En novembre, juste après les élections birmanes, les premières en 20 ans, 20.000 personnes avaient fui vers la Thaïlande en raison de combats à l’arme lourde qui avaient fait plusieurs morts. Mais elles avaient très rapidement retraversé la rivière dans l’autre sens, au grand soulagement de Bangkok.

“Il y a toujours de nouvelles arrivées dans les camps, il y a toujours un conflit dans l’Est de la Birmanie”, a souligné lundi Sally Thompson, de TBBC. “Il serait prématuré de parler de fermeture des camps à ce stade”.

Les autorités thaïlandaises avaient été vertement critiquées fin 2009 pour avoir expulsé vers le Laos quelque 4.500 réfugiés de la minorité hmong qui vivaient dans des camps, pour certains depuis plus de trente ans, malgré les craintes de représailles dans leur pays d’origine.

Une partie des Hmongs s’étaient ralliés aux Américains contre les communistes pendant la guerre du Vietnam, lorsque le conflit s’était étendu à la région. Beaucoup avaient fui en Thaïlande lorsque les communistes avaient pris le pouvoir à Vientiane en 1975.


avr 5 2011

Birmanie : le généralissime Than Shwe, retraité omniprésent de l’armée

source AFP     de Hla Hla HTAY

Le généralissime Than Shwe, lors des élections législatives le 8 novembre 2010 à Naypyidaw, en Birmanie

Le généralissime Than Shwe, qui dirigeait la Birmanie d’une main de fer depuis 1992, a pris sa retraite de l’armée et s’est retiré dans sa résidence de la capitale, laissant planer un immense doute sur le pouvoir qu’il continuera d’exercer au quotidien.

Than Shwe et son numéro deux, le général Maung Aye, ont officiellement quitté les rangs de l’armée le 30 mars, ont dit à l’AFP des sources officielles birmanes.

“Ils vivent à leurs domiciles” de Naypyidaw, la capitale, a indiqué l’une d’entre elles à l’AFP. “Ils vont se reposer maintenant. On ne connaît pas leurs projets pour l’avenir”.

“Bien qu’ils aient pris leur retraite, ils continueront de donner des conseils au gouvernement lorsqu’il en demandera”, a précisé une autre source, confirmant la théorie selon laquelle Than Shwe n’entend pas disparaître de la scène politique.

Le Conseil d’Etat pour la Paix et le Développement (SPDC), dirigé par l’officier de 78 ans et qui présidait aux destinées du pays, a été officiellement dissous mercredi dernier, cinq mois après les élections législatives.

Le président Thein Sein, ex-général et Premier ministre sortant, a prêté serment. Et un nouveau chef de l’armée a été désigné en la personne du général Min Aung Hlaing.

Reste à déterminer le poids des “conseils” que Than Shwe est censé désormais distiller au gouvernement.

Son départ à la retraite n’a fait l’objet d’aucune annonce par les médias officiels. Et plusieurs médias birmans en exil avaient évoqué ces derniers jours la création d’un “Conseil suprême de l’Etat”, absent de la Constitution, mais qui rassemblerait tous les cadres de la junte sortante.

Aucune source birmane n’en a confirmé l’existence à l’AFP.

“Voyons d’abord s’il a vraiment pris sa retraite”, a commenté un analyste à Rangoun. “Je pense qu’il va probablement se ménager une base légale pour assurer sa propre survie”.

Des portraits du généralissime continuaient de dominer certains bâtiments officiels et les Birmans semblaient lundi ne pas vraiment savoir s’il présidait encore aux destinées de la Birmanie.

“Nous n’osons pas croire qu’il a pris sa retraite”, a avoué un chef d’entreprise de 34 ans, convaincu que Than Shwe “conservait le pouvoir en coulisses”.

Reste que le nouveau régime se dessine, avec les réformes telles que prévues dans la Constitution de 2008.

Les parlements national et régionaux sont verrouillés par le Parti de la solidarité et du développement de l’Union (USDP), ainsi que par les militaires qui détiennent un quart des sièges dans chaque hémicycle.

Et tous les postes à responsabilités, au sein des pouvoirs exécutif et législatif, au sommet de l’USDP, et dans l’armée, ont été confiés à des fidèles de la junte sortante.

De nombreux experts et plusieurs dissidents en exil expliquent que Than Shwe, pour assurer sa propre sécurité, a rendu très difficile l’avènement d’un nouvel homme fort. Mais son départ ouvre une page d’incertitudes et de réformes possibles, même très lentes.

Signe que l’espoir demeure, le président Barack Obama devrait nommer le premier émissaire spécial américain en Birmanie, en la personne de Derek Mitchell, actuel conseiller au secrétariat à la Défense.

Washington avait entamé fin 2009 un dialogue avec la junte, tout en maintenant ses sanctions économiques. Un dialogue qui s’est jusqu’à présent révélé improductif et que le président veut relancer.

La France s’est pour sa part montrée très prudente. “La junte n’a pas été dissoute, elle a changé de nature”, a estimé vendredi le ministère français des Affaires étrangères.