jan 30 2010

Despite Discomfort, Aung San Suu Kyi Stays Busy

source : The Irrawaddy - By BA KAUNG

Aung San Suu Kyi welcomed her lawyer Nyan Win with an ice-cream. “I made it myself,” she said. “Eat it up quickly before it melts.”

Making ice-cream and baking cakes is one of the ways Suu Kyi fills the long hours of her enforced detention in her dilapidated home on Rangoon’s Inya Lake.

Aung San Suu Kyi looks on following a meeting with a delegation led by U.S. Assistant Secretary of State for East Asian and Pacific Affairs Kurt Campbell at a hotel in Rangoon Nov. 4, 2009.

“She spends a good deal of time working out how to strengthen the party [the National League for Democracy],” said Nyan Win after a visit to Suu Kyi’s home on Thursday.

Reporting on the visit, Nyan Win said he found the 64-year-old NLD leader in good health and “vigorous.”

The lawyer told The Irrawaddy he and Suu Kyi had discussed how to pursue a final appeal against her current term of house arrest, the expansion of the NLD and her frustrated efforts to repair her house.

Suu Kyi also spends her time reading Buddhist religious texts, travel and history books, including ones written in French, listening to the radio and watching television which can only receive state-run channels, Nyan Win said.

The lawyer said he is allowed to give Suu Kyi censored copies of the magazines Time and Newsweek. He also gave her 20 French books she had requested.

“She asked me for many ‘international’ books,” Nyan Win said. “But I am not always allowed to give them to her.” However, on Thursday, he managed to present to her a book as a gift from Nobel Economics laureate Joseph Stiglitz who visited Burma in December. During the trip, Stiglitz asked Nyan Win to give his book Globalization and Its Discontent to Suu Kyi.

Suu Kyi is serving an 18-month term of house arrest, reduced from an original sentence of three years’ hard labor pronounced by a court in Insein Prison last August. At the end of the farcical trial, Home Affairs Minister Maj-Gen Maung Oo appeared in court with a special order from junta chief Snr-Gen Than Shwe stating that as Suu Kyi is the daughter of national hero Gen Aung San, her sentence should be halved and the rest suspended.

Maung Oo also read out a puzzling clause stating that if she behaved “well” at her Inya Lake home under the restrictions imposed on her, Suu Kyi would be granted amnesty before her suspended sentence expired.

Suu Kyi has been detained for nearly 14 of the last 20 years, mostly under house arrest. Analysts generally concur that the trial was a political showcase and that the military junta want to keep her under arrest ahead of the elections in 2010.

Suu Kyi has already served almost half of her 18-month house arrest period which began in May, 2009. In view of Maung Oo’s hint of her release in November, the regime’s message to Suu Kyi appears to be that she is not behaving well and needs to serve the full sentence.

Suu Kyi has described Maung Oo’s recent indication that she will be released in November as totally “unfair.” According to Nyan Win, Suu Kyi believes the comment is obstructing the awaited court ruling over her final appeal.

Asked if Suu Kyi could expect to be released in November when her 18-month house arrest expires, Nyan Win said: “It would not be unusual if a person is released at the end of his or her punishment.”

Using a Burmese proverb, Nyan Win added: “But, if she is not really released at that time, then they [the Burmese rulers] would look like swallowing their own vomit.”

“What is good behavior after all?” Nyan Win asked. “We assume that she has been behaving well because she does not break the terms of the restrictions on her.”

Suu Kyi and the NLD were reprimanded by the state-run media last month, however, for making public the text of letters she wrote to Than Shwe.

“The leak of Aung San Suu Kyi’s letters to the media before they were received by the leader of the government is intended to damage the image of the ruling government, and this might delay the processes of the other side [the military government],” said an article carried by state-run newspapers.

Suu Kyi’s life in detention has been made even more uncomfortable by the official obstruction of her attempts to repair her home, which has fallen in disrepair. Work on repairing the house was halted after objections were lodged by her brother and other relatives.

The building is now in an unsafe condition, according to Nyan Win.

Suu Kyi’s piano, for so long a symbol of her detention, has not worked for some years; yet she was said to be still spending some of her time on artistic activities.

The author Alan Clements, who wrote the book Voice of Hope, based mainly on interviews with her after she was released her first house arrest in 1995, told The Irrawaddy her life in detention had become progressively more difficult.

“The most prominent features I remember were her serenity and sincerity,” Clements said. “I did not detect a moment of ill will or vindictiveness towards anyone, including her oppressors.

“To the contrary, she would often remark how she genuinely wishes for the day that we can all be friends, how much better it would be for the entire country.”


jan 29 2010

un journaliste condamné à 13 ans de prison

Vue de l’entrée principale de la prison d’Insein, à Rangoun, en Birmanie, le 23 septembre 2008

Un journaliste birman a été condamné à 13 ans de prison pour avoir travaillé illégalement pour un média en exil, a indiqué un avocat vendredi, moins d’un mois après qu’une sanction plus lourde encore a été retenue contre une consoeur.

“Ngwe Soe Lin a été condamné à 13 ans de prison mercredi par un tribunal spécial de la prison d’Insein” de Rangoun, a indiqué Aung Thein, un avocat radié du barreau de Rangoun par la junte l’an passé et qui se présente désormais comme conseiller juridique.

Ngwe Soe Lin alias Kyaw Kyaw avait été arrêté dans un café internet du quartier de Kyaukmyaung de Rangoun le 26 juin 2009, avec un des ses amis qui a été depuis libéré.

Il travaillait pour la télévision “Democratic Voice of Burma” (DVB), basée en Norvège. L’avocat a précisé que le journaliste allait faire appel.

“Voilà encore un signe que le régime veut contrôler le flot d’informations à l’intérieur et à l’extérieur du pays”, a déploré Aye Chan Naing, patron de DVB à Oslo, en confirmant la peine.

“Il faut considérer cela dans le contexte des élections à venir. Le régime veut imposer des règles encore plus strictes contre la liberté d’expression et d’information”.

Le 31 décembre, Hla Hla Win, une journaliste vidéo qui collaborait elle aussi avec DVB, avait écopé de 20 ans de prison.

“Ils arrêtent les journalistes les uns après les autres. Ce n’était pas le cas auparavant”, a ajouté Aye Chan Naing, condamnant des méthodes “d’intimidation” contre l’ensemble des médias birmans.

La junte a promis des élections cette année mais n’a encore choisi la date. Le scrutin serait le premier depuis celui remporté en 1990 par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l’opposante Aung San Suu Kyi, qui n’a jamais été autorisée à exercer le pouvoir.

De nombreux militants, moines, étudiants et journalistes ont été condamnés à de lourdes peines pour leurs rôles présumés dans les manifestations de 2007 contre le régime, et pour l’organisation d’opérations non-officielles d’aide aux victimes du cyclone Nargis, en mai 2008.

Aung San Suu Kyi a pour sa part été privée de liberté pendant plus de 14 des 20 dernières années.


jan 28 2010

Aung San Suu Kyi juge “injuste” une libération en novembre

source : AFP

L’opposante birmane Aung San Suu Kyi a jugé “injuste” l’information selon laquelle elle pourrait être libérée en novembre prochain, alors que la cour suprême doit trancher prochainement sur son cas, a indiqué jeudi un de ses avocats.

Selon des médias et des témoins, le ministre birman de l’Intérieur Maung Oo avait indiqué jeudi dernier que la libération de la dissidente pourrait intervenir en novembre. Ces propos n’ont pas été confirmés officiellement.

Mme Suu Kyi “a dit que les commentaires du ministre de l’Intérieur étaient totalement injustes. Elle a dit que le dossier (judiciaire) n’avait pas encore été à son terme”, a indiqué à l’AFP Nyan Win, avocat et porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de Mme Suu Kyi.

La cour suprême doit se prononcer le mois prochain sur un recours déposé par la “Dame de Rangoun” contre sa condamnation en août à 18 mois supplémentaires d’assignation à résidence.

Cette sanction, déjà confirmée en appel, l’exclut de facto des élections promises par la junte cette année, dont la date n’a pas encore été annoncée. L’opposante a passé plus de 14 des 20 dernières années privée de liberté.

Aung San Suu Kyi “a dit que la cour avait le droit de prendre une décision. Une telle déclaration est une offense à la cour”, a insisté l’avocat, ajoutant qu’elle avait aussi qualifié ces propos “d’illégaux”.

La LND était restée prudente après ses déclarations rapportées d’une réunion dans le centre du pays, en soulignant qu’une libération en novembre la forcerait à aller au bout de sa peine actuelle et n’avait donc “absolument rien d’étrange”.

La junte aurait dû se prononcer fin mai 2009 sur la fin de l’assignation à résidence de la lauréate du prix Nobel de la Paix 1991.

Mais elle l’avait de nouveau emprisonnée mi-mai puis condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés, pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu’à son domicile, situé sur les rives d’un lac. La sanction avait immédiatement été commuée en assignation à résidence.

Les Etats-Unis ont de nouveau réclamé mardi sa libération immédiate. Le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, a jugé “malheureuse” l’idée selon laquelle Mme Suu Kyi pourrait n’être relâchée qu’en novembre, “comme par hasard après les élections”.

S’il a lieu, le scrutin promis cette année sera le premier depuis celui de 1990, que la LND avait remporté sans jamais être autorisée à exercer le pouvoir.


jan 27 2010

Livre: TOTAL(e) impunité, les vérités d’une multinationale du pétrole révélées

source : idfmedias.fr

Voici un livre qui ne fera pas plaisir aux dirigeants et actionnaires du groupe Total. Pour la première fois réunies dans un seul et même ouvrage, les grandes affaires judicaires de Total revues et analysées avec ou oeil neuf et original.

S’appuyant sur de nombreux rapports et témoignages, l’auteur éclaire efficacement les “grandes affaires” - Erika, Azf, Birmanie, etc… - et informe sur les dossiers moins connus du grand public.

L’auteur démontre comment les dirigeants de Total détournent règles et lois au profit du “tout pétrole”. Corruption, travail forcé, graves atteintes à l’environnement et à la santé publique, soutien à des régimes dictatoriaux, la liste est longue et Total(e) Impunité traite chacun de ces aspects de manière extrêmement documentée, récits, portraits et déclarations de ce que la morale publique et les consciences réprouvent.

Ce livre ne ravira pas non plus les plus hautes instances de l’Etat car il révèle, en autres, les liens puissants entretenus avec ceux qui dirigent la compagnie en sous-main. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il commence par le récit de la soirée présidentielle au Fouquet’s un soir d’élection.

Mais il va plus loin et dresse le tableau de ce que devrait être la “révolution copernicienne” de Total pour aborder un nouvel avenir énergétique au bénéfice de tous. Un livre puissant, citoyen, nécessaire qui se lit comme un roman

L’auteur

Jean-Philippe Demont-Piérot a travaillé en Asie, où il a dirigé une importante compagnie de communication. Parallèlement, il a travaillé en qualité de journaliste d’investigation ce qui lui a valut d’être victime d’une tentative d’assassinat. Il se consacre depuis 2006 à l’écriture de romans et d’ouvrages engagés sur des sujets de société. Il est en autre l’auteur de L’Ambassade (L’Harmattan, 2007), de Réchauffement climatique (Kirographaires, 2008) et de Ulysse et les OGM (Les Portes du Soleil, 2010).

TOTAL(e) impunité, Jean Philippe Demont-Piérot, chez Respublica éditeur.


jan 26 2010

Birmanie : 2000 déplacés face à l’armée

source : Europe 1

Plus de 2000 membres de l’ethnie minoritaire Karen ont fui leurs villages dans l’est de la Birmanie devant l’offensive de l’armée gouvernementale déclenchée le 17 janvier, a indiqué samedi l’ONG Free Burma Rangers (FBR). Les soldats ont tué des centaines de personnes, incendié des maisons, arrêté des villageois et contraint d’autres au travail forcé, a ajouté l’organisation. Des combats similaires ces dernières années ont obligé des dizaines de milliers de personnes à se réfugier en Thaïlande voisine. La guérilla Karen lutte pour l’autonomie depuis l’accession de la Birmanie à l’indépendance en 1948. Selon les rebelles, l’offensive viserait à éradiquer toute opposition avant les élections multipartites que les généraux ont promis pour 2010.


jan 25 2010

Aung San Suu Kyi sera libérée en novembre, selon un ministre

source : l’express

ça, c’est une super bonne nouvelle !! On aurait quand même préféré que ce soit là maintenant, pour qu’elle puisse participer aux élections d’une façon ou d’une autre. Elections que l’on sait libres , justes et transparentes…

RANGOUN - La militante politique Aung San Suu Kyi sera libérée en novembre, a déclaré le ministre birman de l’Intérieur selon des témoins, une échéance qui l’exclurait sans doute des élections prévues cette année.

La militante politique Aung San Suu Kyi sera libérée en novembre, a déclaré le ministre birman de l'Intérieur selon des témoins, une échéance qui l'exclurait sans doute des élections prévues cette année. (Reuters/Kerek Wongsa)

La militante politique Aung San Suu Kyi sera libérée en novembre, a déclaré le ministre birman de l’Intérieur selon des témoins, une échéance qui l’exclurait sans doute des élections prévues cette année. (Reuters/Kerek Wongsa)

La première opposante à la junte militaire birmane est assignée à résidence chez elle depuis de nombreuses années.

Le général Maung Oo, ministre de l’Intérieur, a tenu ces propos lors d’une réunion le 21 janvier à Kyaukopadaung, une ville située à quelque 560 km au nord de l’ancienne capitale Rangoun, selon trois participants qui ont requis l’anonymat.

Il n’a pas été possible de vérifier l’information de source indépendante.

Aung San Suu Kyi pourrait être ainsi libérée un mois après les élections parlementaires que la junte compte organiser en octobre, selon la plupart des observateurs.

La lauréate du prix Nobel de la paix a passé 14 des 20 dernières années en détention. Son assignation à résidence a été prolongée de 18 mois en août parce qu’un ressortissant américain s’était introduit chez elle, où il n’était pas invité.

Cette nouvelle condamnation, intervenue alors que l’assignation à résidence de la militante de 64 ans touchait à sa fin, avait entretenu le scepticisme quant aux intentions de la junte en vue des élections. L’incident remontait à mai 2009, également avant la fin d’une période d’assignation.

ÉCONOMIE DE MARCHE

Les élections que la junte compterait organiser en octobre seraient les premières depuis celles de 1990 qui avaient abouti à une écrasante victoire de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi. Les militaires avaient refusé de reconnaître les résultats.

Selon les témoins, le général Maung Oo a déclaré devant des responsables que le vice-président de la LND, Tin Oo, serait libéré le 13 février. Ancien ministre de la Défense, général retraité, Tin Oo, 82 ans, est détenu depuis plus de dix ans.

La junte souhaite en outre s’orienter vers une économie de marché ouverte sur l’extérieur après avoir organisé des élections “libres et équitables“, a ajouté Maung Oo.

Pour la LND, il est crucial que Tin Oo et Aung San Suu Kyi soient libérés avant les élections. “Le plus important, c’est qu’ils doivent être libérés à temps pour oeuvrer à la réconciliation nationale“, a dit un responsable, Khin Maung Swe.

La junte n’a pas encore fixé officiellement de date pour les élections, dont elle a promis aux Etats-Unis et à ses voisins asiatiques qu’elles seraient libres, équitables et ouvertes.

La LND ne s’est pas prononcée sur sa participation à ce scrutin. Les généraux le présentent comme un pas vers une démocratie multipartite là où l’opposition ne voit qu’un simulacre devant leur permettre de garder le pouvoir.

Plusieurs pays dont les Etats-Unis tentent d’inciter la Birmanie à faire sa transition démocratique et envisagent de revoir leur politique à son encontre, après des années de sanctions et d’embargos.


jan 24 2010

Birmanie , être jeune sous la junte

source : Libération

Vivre, malgré la dictature. La réalisatrice Anne Murat et le photographe Brice Richard ont saisi le quotidien birman, loin des clichés.

Par ARNAUD VAULERIN

Prisons, manifestations, moines bouddhistes et martyrs de la démocratie… C’est ce que les reportages racontent, le plus souvent, de la Birmanie. Les photographies (1) ramenées par Anne Murat et Brice Richard montrent une autre face de ce pays aux mains de généraux hermétiques depuis 1962.

Cette réalisatrice et ce photographe indépendants étaient à Rangoun en juin, au moment où l’opposante Aung San Suu Kyi faisait face à une parodie de procès pour avoir hébergé, contre son gré, John Yettaw, un illuminé américain. Sous pression internationale, la junte avait alors érigé des cordons sécuritaires dans les rues de Rangoun et déployé des troupes pour prévenir tout débordement et contrer toute contestation. Anne Murat et Brice Richard n’ont rien rapporté de cette Birmanie-là. C’est un choix efficace et, finalement, heureux.

«Nous voulions d’abord parler du peuple birman plutôt que de dresser le simple constat d’une dictature, d’un pays marqué par les sanctions et la violence, raconte Anne Murat. Les difficultés des Birmans sont partout visibles, mais des espaces de création, d’entraide et d’éducation s’ouvrent. Nous voulions témoigner de cette envie incroyable de s’affranchir de toutes ces contraintes.» Entre Rangoun et Mandalay (au centre du pays), sur les marchés et près des temples, dans les concerts et dans les trains, dans les guest-houses et dans les classes, Anne Murat et Brice Richard sont partis à la rencontre des Birmans. Un mois durant, ils en ont longuement interviewé 68, non sans jouer au chat et à la souris avec les services de sécurité. Ils sont revenus avec quarante heures de rushs vidéo, 16 500 photos et des points de vue très libres de Birmans, persuadés que, dans les limites imposées par le régime, «on peut faire beaucoup de choses».

Passionnés par l’Asie, la réalisatrice et le photographe livrent un regard presque ethnographique sur une Birmanie bousculée par la mondialisation et taraudée par la modernité, où les moinillons s’adonnent avec ferveur à la PlayStation. Ils montrent un pays au quotidien, qui trime, qui «bouillonne», qui a «soif d’apprendre», comme en témoignent ces images d’un cours d’anglais où 500 étudiants, entassés sous une bâche, ressassent des expressions idiomatiques par 40°C. Elles révèlent l’effervescence des lieux de rock, rap et hip-hop ; questionnent la sexualité ; s’attardent sur les rythmes du travail ; saisissent des visages troublants quand elles ne capturent pas des corps abandonnés au sommeil, livrés au jeu, à la baignade, à la danse ou tendus par l’effort.

Dans ce pays asiatique en marge, souvent plongé dans un crépuscule métaphorique, Anne Murat et Brice Richard ont ouvert une lucarne sur la normalité.

Photos Brice Richard

(1) Vidéos et photos à voir sur le site du projet : http://www.rangooncocoon.com


jan 21 2010

En Birmanie, les combats hétéroclites de la scène artistique

source : AFP

Photo prise le 5 décembre 2009 de jeunes punks birmans assistant à un concert, à Rangoun

Il n’est pas rare qu’un guitariste réduise en pièces son instrument devant une foule de punks en extase, mais la scène se passe en Birmanie, où le régime militaire en place depuis un demi-siècle a peu fait, c’est un euphémisme, pour l’émergence de la contre-culture.

Des musiciens déterminés à se produire en public doivent soumettre les paroles de leurs chansons à la censure de la junte, et la prudence suffit généralement à prévenir tout message politique.

Mais un discours émerge malgré tout lorsque le chanteur entame une virulente version de la chanson “Je veux te tuer”.

Dans le parc en plein air, les fans en tenue réglementaire punk et gothique internationale, maquillage et cheveux rouges inclus, en redemandent: “Chez moi, je ne m’intéresse à personne. Je me fiche de mes voisins. Je suis punk et je fais ce que je veux”, clame Ko Pyae, 16 ans, tout de noir vêtu.

Rien de très élaboré dans cette boutonneuse revendication. En 2007, les rues de Rangoun étaient couvertes du sang des manifestants qui emboîtaient le pas des moines bouddhistes, lors de la “Révolution de Safran”.

Alors la scène artistique s’adapte comme elle peut et créé les espaces qu’elle s’invente. Outsider, un groupe de hard, travaille ainsi dans un studio miteux à la création de son premier album.

“Si je veux écrire quelque chose sur la liberté, je ne peux pas le faire directement. Si je veux montrer quelque chose qui représente le peuple birman, il n’y aucune façon de le faire. Car si j’écris ça, cela devient politique”, admet le batteur et auteur, Thar Nge.

Les restrictions vont encore plus loin. L’alcool et la cigarette aussi sont tabous, comme tout ce que le régime juge contraires aux valeurs traditionnelles birmanes. Il faut maîtriser l’art de l’analogie, du second degré. “Nous faisons ce que nous pouvons”, admet le musicien. “Mais nous n’essayons pas de changer la politique. Avant tout, nous sommes musiciens”.

Debbie Stothard, militante pro-démocratie basée à Bangkok, condamne un système qui oblige les artistes à ignorer la politique. Les militaires ont le pouvoir depuis 1962 en Birmanie et emprisonnent tous ceux qui leur résistent, dont Aung San Suu Kyi, chef de l’opposition et prix Nobel de la paix.

“Les jeunes ont appris à penser que la politique était dangereuse, et qu’être politique, c’était demander à être enfermé, à perdre son travail, à être torturé et tué”, estime la militante. “Mais au bout du compte, chacun en arrive à chanter ce qu’il pense”.

Aung, un peintre et vidéaste qui se cache derrière un pseudonyme, vend des toiles pour vivre et créé pour son plaisir des vidéos conceptuelles. Elles expriment sa frustration, mais il ne les montre à personne ou presque, et il affirme qu’il ne cherche pas à changer le système.

L’une d’elles montre un poisson rouge dans un petit verre d’eau. Une main lâche un comprimé qui se dissout en provoquant d’intenses remous. Le poisson se débat, cogne contre la paroi, puis meurt lorsque l’eau trouble fini par s’éclaircir.

Aung parlait de la “Révolution de Safran”. Certains lui ont reproché la cruauté à l’égard du poisson. “Et les gens qui ont été tués ici en Birmanie ? Pourquoi n’en parlent-il pas ?”, s’indigne-t-il.

Les punks, eux, ont d’autres soucis. A la fin du concert, ils brisent des bouteilles, tentent de détruire la scène, urinent sur des posters du groupe. La police laisse faire: ils réclament juste un rappel de leur groupe favori.


jan 18 2010

La Cour suprême birmane examine un recours d’Aung San Suu Kyi

source : AP

La Cour suprême birmane a commencé lundi à examiner la requête des avocats d’Aung San Suu Kyi qui contestent sa condamnation à 18 mois supplémentaires d’assignation à résidence. Une décision est attendue dans la semaine.

Les avocats de la prix Nobel de la paix ont saisi la haute juridiction en novembre dernier après la confirmation de sa peine par un tribunal birman. L’opposante, qui a déjà passé en détention 14 des 20 dernières années, avait été condamnée le 11 août pour avoir hébergé pendant deux jours, en mai, un ressortissant américain arrivé chez elle à la nage. Elle habite sur la rive d’un lac à Rangoon.

Les avocats vont faire valoir que cette prolongation s’appuie sur une disposition de la Constitution de 1974 qui n’est plus en vigueur et qu’elle n’a par conséquent aucune validité. L’opposante n’a pas été autorisée à assister à l’audience.

La Cour suprême birmane a également accepté d’examiner l’appel formé par deux anciennes camarades d’Aung San Suu Kyi, également assignées à résidence pour 18 mois.

La prolongation de son assignation à résidence l’exclut de facto des élections prévues cette année, les premières depuis deux décennies en Birmanie.


jan 16 2010

Tourisme, faut-il aller partout ?

source : La Croix

Décidément, la question se pose encore et encore…

Des voyages sont aujourd’hui proposés en Birmanie, au Soudan ou en Éthiopie. Faut-il choisir ces destinations ? Des agences et des dirigeants d’ONG répondent

Eléphants et cavaliers en habits traditionnels devant le zoo de Rangoun, ancienne capitale de la Birmanie. (Pennington/AFP)

Peut-on faire du tourisme dans des pays soumis à la dictature ? À propos de la Birmanie, pays magnifique mais affligé d’une des dictatures les plus brutales de la planète, celle du généralissime Than Shwe, la question vient naturellement.

À propos de la Chine, du Vietnam, de Cuba, aussi ouverts aux touristes que peu respectueux des droits de l’homme et de la démocratie, on se pose moins la question. Et, en Tunisie, des dizaines de milliers de vacanciers vont bronzer chaque année sans s’interroger sur le régime très répressif du président ben Ali. Y aurait-il des atteintes aux droits de l’homme moins répréhensibles que d’autres ?

« Philosophiquement, il n’y a pas de petites ou de grandes dictatures, réplique Emmanuel Foiry, PDG de l’agence de voyages Kuoni France. Évidemment, le tourisme n’a jamais fait tomber les dictatures. Ce n’est d’ailleurs pas sa fonction. »

Contribuer à la formation d’une opinion publique

Cependant, Kuoni est convaincu que « le tourisme contribue à l’ouverture et à un changement positif du pays, et aussi à assurer un revenu à une partie de la population. Un boycott, en revanche, porterait préjudice plus aux habitants qu’à ceux qui les oppriment. » Pour Emmanuel Foiry, opter pour une destination controversée relève de toute façon « d’un choix personnel ».

Ce choix, Annette B., professeur de philosophie à la retraite et jamais en retard d’un combat pour les droits de l’homme, l’a fait, sans mauvaise conscience, en visitant la Chine et la Birmanie. « Avant de nous décider pour la Birmanie, nous avons beaucoup réfléchi. Et, pendant le circuit avec Nouvelles Frontières, nous avons longuement discuté, avec notre accompagnatrice, de la situation dans le pays, insiste-t elle, mais si on va seulement dans les pays où les droits de l’homme sont respectés, on ne visitera pas les deux tiers de la planète.

Il est important que nous nous rendions compte par nous-mêmes de ce qui se passe. Cela contribue à la formation d’une opinion publique internationale qui, parfois, peut faire évoluer des situations. » Enfin, ajoute-t-elle, « on ne gagne rien à enfermer sous une chape de silence les populations qui, déjà, souffrent d’une dictature. Pour eux, voir d’autres gens, fût-ce des touristes, ce n’est pas si mal ! En plus, cela peut les aider à gagner leur vie. »

Les sanctions économiques aggravent la situation

Si le tourisme en Birmanie suscite davantage de polémique, c’est en raison des événements terribles de 2007 : la répression sanglante de la révolte des bonzes (la « révolution de safran »), puis l’abandon des victimes du cyclone Nargis privées par la junte des secours internationaux. Et aussi parce que plusieurs ONG ont appelé au boycott, faisant valoir qu’en allant en Birmanie « les touristes cautionnent la dictature et une économie fondée sur les drogues, le travail et les déplacements forcés ».

Elles ont ainsi relayé une position prise il y a dix ans par Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et figure de l’opposition birmane. Cette dernière a évolué récemment, après avoir pris conscience que les sanctions économiques aggravaient la situation des Birmans sans affaiblir la junte.

C’est une campagne de l’ONG britannique Burma campaign UK qui avait conduit Kuoni à abandonner la Birmanie, destination rouverte depuis peu, et avec parcimonie : « Nous avons accompagné seulement 200 touristes français en 2009 », précise Emmanuel Foiry.

Le voyagiste « responsable et solidaire »

Désormais, dans son catalogue, Kuoni alerte ses clients sur la situation politique dans ce pays et mentionne la position (et les coordonnées) de Burma Campaign UK. « Nos clients se décident ainsi en connaissance de cause », fait-il valoir. Les recettes du tourisme ne sont-elles pas captées par la junte ? « Nous prenons des précautions, rétorque-t-il. Nous ne programmons pas les hôtels que nous savons appartenir à des membres de la junte. »

« Nous aussi, nous emmenons des touristes en Chine, au Vietnam, au Laos, à Cuba, en Birmanie », convient Marianne Didierjean, de « Voyager autrement », le voyagiste « responsable et solidaire » du groupe Vacances bleues.

« Voyager autrement », qui veut faire comprendre, apprécier et respecter les modes de vie et cultures des pays visités, informe soigneusement, avant leur départ, ses clients sur les réalités qu’ils rencontreront. Et, une fois sur place, il leur fait découvrir des institutions officielles ou des associations.

Paula BOYER