déc 30 2009

Brown écrit à Aung San Suu Kyi

source : Le Figaro

Le premier ministre britannique Gordon Brown a écrit une lettre personnelle au Prix Nobel de la Paix et chef de file de l’opposition birmane Aung San Suu Kyi, 64 ans, lui promettant son soutien sans relâche et rendant hommage à son courage. Dans cette lettre, rendue publique hier  par Downing Street, M. Brown appelle une nouvelle fois la junte au pouvoir en Birmanie à faire en sorte que les élections promises pour 2010 soit libres et équitables.

“Si les élections prévues se déroulent selon une Constitution déloyale, excluant les responsables de l’opposition et sans supervision internationale, le régime militaire condamnera la Birmanie à des années supplémentaires d’isolement diplomatique et de stagnation économique”, avertit M. Brown. L’actuelle Constitution birmane, en vigueur depuis mai 2008, comporte des formules juridiques qui interdisent de facto à Mme Suu Kyi et à de nombreux membres de l’opposition de se présenter en 2010.

M. Brown assure que la Grande-Bretagne soutient “invariablement” Mme Suu Kyi et exhorte le régime birman à entamer un “dialogue sincère” avec elle.


déc 29 2009

Selection Time Precedes Election Time in Burma

source : The Irrawaddy - By AUNG ZAW

Although Burma’s military regime has announced no election law nor declared the date of the poll it plans to hold in 2010, preparations appear to have begun in Naypyidaw.

Informed sources suggest that potential candidates for president, vice-president, commander-in-chief of the armed forces and defense minister have already been chosen.

The current list may yet be modified before the election and some potential candidates in the list could be removed. All depends on the regime leader Snr-Gen Than Shwe, who still calls the shots.

Than Shwe, 76, and his No 2, Deputy Snr-Gen Maung Aye, who is only slightly younger, will retire soon after the election. Informed sources said that they are building lavish new homes in Naypyidaw for their retirement.

However, before vacating the throne, Than Shwe will make sure he and his family can live in safely, leaving his trusted officers in high positions to ensure security.

Than Shwe has reportedly already endorsed the junta’s No 3, Gen Thura Shwe Mann, joint chief-of-staff in the armed forces, to become president of post-election Burma.

According to sources close to the military elite, Shwe Mann, 62, will be nominated by the representatives of the military in the future Senate and House, to be formed after the planned 2010 election.

The military will receive 25 percent of the seats at the village, township, state, regional and district levels in the new governing body, according to the 2008 Constitution.

There will be three nominees for the presidency—one from the Amyotha Hluttawa (Nationlities Parliament or Senate), one from the members of the Pyithu Hluttaw (People’s Assembly or House) and one from the military contingent of the two Hluttaws. The Senate and the House will then vote to choose the president.

Shwe Mann, a protégé of Than Shwe, has a reputation of being down to earth and a good listener, but he has yet to show his teeth on a broad range of social, economic and political issues. His vision of Burma’s future is unknown.

However, Shwe Mann increasingly oversees regular meetings on political and security affairs with high-ranking military officials in Rangoon and Naypyidaw—perhaps a further sign that Than Shwe will take a back seat after the election.

Shwe Mann and his wife are close to Than Shwe’s family on a personal level, and have been known to go on shopping trips together to Singapore.

Recently, Shwe Mann was the subject of extensive news coverage focusing on his secret mission to North Korea in November.

According to the Constitution, one of the duties of the new president will be to head the National Defense and Security Council, which has the power to declare a state of emergency and nullify the Constitution.

Than Shwe’s choice for one of the two proposed vice-presidents, according to sources, is Maj-Gen Htay Oo, the minister of agriculture and irrigation and a key leader of the Union Solidarity and Development Association (USDA), the junta-backed mass organization.

Htay Oo recently visited Japan—displaying, according to military sources, all the qualities of a politician rather than an army officer.

The choice of the second vice-president is likely to fall to an ethnic leader. It’s worth recalling that Burma’s first and second presidents were Shan and Karen.

Analysts ponder the question of who will become commander-in- chief of the armed forces.

Than Shwe currently holds Burma’s most powerful position in the armed forces and analysts say he will hand this position over only to his most trusted ally.

There appear to be plenty of subordinates who could fill the shoes. They include Lt-Gen Hla Htay Win, Maj-Gen Ko Ko, Maj-Gen Tin Ngwe and Maj-Gen Kyaw Swe. All are close to Than Shwe and Maung Aye.

Tin Ngwe is said by analysts to be the front-runner for the post of commander in chief of the armed forces. He recently accompanied Than Shwe during an official visit to Sri Lanka.

Born in Nyaung-Oo, in the central heartland of Burma, Tin Ngwe attended the Defense Services Academy Intake 22, together with Kyaw Swe, later serving as G-1 in the defense ministry. He is known to be fiercely loyal to Than Shwe and Shwe Mann.

According to the new Constitution, the commander-in-chief will control the ministries of defense, home affairs and border affairs, exercising wide executive powers.

Analysts also tip Lt-Gen Myint Swe, a Than Shwe protégé, as a possible candidate for the post of defense minister. He attended the 15th intake of the Defense Services Academy in 1971 and is currently commander of the Bureau of Special Operations 5.

Myint Swe became commanding officer of Light Infantry Division 11, overseeing security in Rangoon, and later served as commander of Southwest Military Region in Bassein, Irrawaddy Division, before moving in the late 1990s to the defense ministry, where he worked directly under Than Shwe and Maung Aye.

This seems to be Than Shwe’s “rest in peace” selection plan for 2010. If he executes it smoothly, he will avoid the fate of such top men as Gen Khin Nyunt and late dictator Gen Ne Win, both of whom ended up under house arrest.

Analysts say Than Shwe wants to make sure the 2010 election provides him and his family with a safe exit strategy. That entails leaving his trusted aides at the helm—and ensuring that Burma remains under the military boot.


déc 22 2009

L’administration Obama pourrait adopter des sanctions bancaires contre la Birmanie

source : De Foster Klug (CP)

L’administration Obama pourrait adopter des sanctions bancaires contre la Birmanie et ses dirigeants, si les négociations échouent à faire évoluer la junte.

Une approche similaire a été retenue avec Pyongyang, pour forcer la Corée du Nord à abandonner son programme atomique. Dans le cas de la Birmanie, il est possible de sanctionner les banques internationales qui font transiter les fonds que les généraux tirent du commerce du gaz.

Le Congrès américain a déjà donné au gouvernement les moyens d’inquiéter les banques. Certains groupes de défense des droits de l’Homme demandent au président d’en faire usage.

Jusqu’ici, le pouvoir américain hésite, attendant des résultats des négociations directes avec la junte. Les sanctions bancaire sont coûteuses à mettre en place et prennent du temps, alors que la Birmanie n’est pas un dossier prioritaire sur l’agenda diplomatique, contrairement à l’Iran ou l’Afghanistan.

Les sanctions imposées depuis des décennies contre les généraux birmans n’ont jamais eu tellement d’effet, malgré l’engagement par exemple de Laura Bush, la femme de George W. Bush, en faveur de la démocratie dans ce pays.

Le pouvoir birman a fait quelques gestes de bonne volonté, en laissant la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi rencontrer un émissaire américain, mais la répression contre les minorités ethniques, les journalistes et les militants étudiants se poursuit.

Le prix Nobel Barack Obama a lui même pris des engagements d’agir plus durement contre la dictature lors de son discours de réception à Stockholm.

“Ce qui compte pour les dirigeants birmans, ce n’est pas le commerce avec le monde extérieur, mais les profits financiers de ce commerce” rappelle Tom Malinovski pour Human Rights Watch. Une fois que le gouvernement birman dépose les chèques sur ses comptes en banques, il y a beaucoup de choses que les Etats-Unis pourraient faire pour empêcher qu’ils utilisent cet argent dans le système bancaire mondial”.


déc 21 2009

les avocats d’Aung San Suu Kyi devant la cour suprême

source : AFP

Une requête de l’opposante Aung San Suu Kyi contre sa condamnation à 18 mois supplémentaires d’assignation à résidence a été présentée lundi devant la Cour suprême de Birmanie, a-t-on appris de sources officielles.

La lauréate du prix Nobel de la Paix, 64 ans, avait été condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés en août, pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu’à son domicile, situé sur les rives d’un lac.

La sanction avait été immédiatement commuée en une prolongation de sa résidence surveillée, puis confirmée en appel le 2 octobre ce qui l’exclut de facto du paysage politique pour les élections prévues en 2010.

“En tant qu’avocats, nous devons y croire. Nous espérons toujours”, a indiqué Kyi Win, l’un de ses avocats.

La cour, dont les débats sont restés inaccessibles aux journalistes, a indiqué lundi après-midi que les juges avaient accepté d’entendre les parties sur le fond. Avocats et accusation présenteront leurs arguments lors d’une audience ultérieure.

Si la cour suprême rejette au final le recours de Mme Suu Kyi, les avocats n’auront plus comme recours que d’en appeler directement au régime militaire.

Depuis sa condamnation, Aung San Suu Kyi a réussi à réintégrer le jeu politique birman en écrivant un courrier au généralissime Than Shwe, homme fort de la junte, et en demandant à pouvoir le rencontrer directement.

Elle n’a reçu aucune réponse formelle à cette dernière proposition mais elle a pu s’entretenir trois fois avec l’officier liaison de la junte, le ministre du Travail Aung Kyi.

En novembre, elle est apparue en public avec le secrétaire adjoint américain pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, Kurt Campbell, plus haut responsable américain à se rendre en Birmanie depuis 14 ans.

La semaine passée, elle a aussi été autorisée à quitter sa résidence pour rencontrer trois membres du comité exécutif de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), qu’elle entend “réorganiser” dans les mois à venir.


déc 18 2009

N’oublions pas la Birmanie

source : Le Figaro - Olivier Frébourg

La Birmanie est une ombrelle jaune, rouge, verte, orange qui s’ouvre et se ferme dans un froissement de papier. De Rangoon à Pagan, de Mandalay à Inle, et même jusqu’au sud, à Ngapali, des milliers de petites taches de couleur ponctuent jour et nuit le chemin du voyageur.

Dans ce pays à la silhouette d’hippocampe, où le soleil et la lune se regardent en face, tout semble rond et étiré. La Birmanie tend au reste du monde son sourire de la mélancolie. Mais où en est cette terre d’or et de rubis plongée dans l’obscurantisme de sa dictature, cet ancien royaume devenu schizo phrène et double sous la baguette des généraux ? Depuis 1989, la Birmanie s’appelle officiellement Union du Myanmar. Rangoon, sa capitale, est rebaptisée Yangon, Pagan a glissé vers Bagan. Où en sont ces cieux balayés par la répression contre les moines bouddhistes en 2007 et par le cyclone Nargis en 2008 ?

Rendons-nous à Pagan, au cœur de la Birmanie. On redoute d’être écrasé par les 2 000 temples de cette ancienne cité royale et on se sent en apesanteur. Pagan est une litanie où l’air est léger. A l’aube, dans la rue principale, les rares motos ou rickshaws n’ont pas supplanté les carrioles tirées par les chevaux et les charrues à bœufs qui transportent les bambous de la menuiserie locale. Sur le marché, les vendeuses accroupies, le visage protégé par le thanaka, cette pâte citronnée qui forme sur leurs joues deux petits soleils, patientent devant leurs paniers circulaires remplis de piments, de pommes et de choux. Juste derrière, un chemin de latérite conduit aux rive de l’Irrawaddy, cette promesse somptueuse. Sur les rives sablonneuses sont échouées des épaves de bateaux à fond plat et à la coque joufflue écrasées par le soleil blanc du jour naissant.

Assis comme un veilleur solitaire, un peintre saisit cette scène fluviale. Son aquarelle semble être le ruisseau coloré de l’Irrawaddy. A 58 ans, il vient presque chaque matin attraper les ondulations de ce fleuve, qui est la signature de la Birmanie. C’est pour lui une ascèse, un exercice spirituel. «Je peins depuis trente-cinq ans, raconte-t-il. Mais, ici, les gens sont d’abord soucieux de se nourrir et de se vêtir. Pour eux, la peinture est secondaire.»

Voilà la raison pour laquelle il ne faut pas hésiter à voyager en Birmanie, ce pays qui échappe au temps de la mondialisation occidentale : ses 53 millions d’habitants offensés par le joug de la dictature militaire souffrent de l’embargo international. Si les touristes ne reviennent pas et ne leur tendent pas la main, ils ne pourront se relever pour résister. C’est en allant vers les Birmans qu’il faut découvrir la beauté miraculeuse de Pagan, qui s’accroche à l’art comme à un salut improbable. Pour conjurer leur condition, des femmes peignent des ombrelles, qu’elles déploient comme des paravents colorés contre le malheur. «La peinture calme ma colère, explique l’une d’elles, qui travaille au centre artisanal de Bagan. Elle me promet d’aller au nirvana.»

Dans le temple Shibin Thalyaung, un immense bouddha couché semble regarder avec dédain le temps qui s’écoule et le passage de la vie humaine. Des bonzes viennent faire leur offrande, et les villageois des alentours s’inclinent devant lui. Chaque Birman fait, dans sa vie, une retraite dans un temple, et la religion comme la superstition astrologique guident ses actions quotidiennes. Qu’elles sont pleines de grâce, ces méditations à Pagan, cité de pierre si aérienne ! On la quitte dans l’enchantement pour prendre la route de Mandalay.

C’est la capitale économique du pays, mais aussi le symbole de la colonisation britan nique. En chemin, on croise des récoltants de sève de palmier - utilisée pour la fabrication de l’alcool de palme -, qui grimpent aux arbres avec une agilité reptilienne, et des paysans dans les rizières. La route est longue, et des vendeurs ambulants pressent, sous une roue crantée, des morceaux de canne à sucre pour désaltérer le voyageur. Mandalay, c’était le cri de ralliement de Kipling : «Si vous avez entendu l’appel de l’Orient, vous n’aurez jamais besoin de rien d’autre / Non ! Vous n’aurez besoin de rien d’autre / Que ses fortes senteurs d’épices / Et du soleil et des palmiers et des clochettes du temple qui tintent / Sur la route de Mandalay.»

Mandalay et ses vendeuses de roses et de jasmin autour de l’ancien palais royal. Ses jeunes filles en amazone sur les bicyclettes, dont les éclats de rire sont des pointes de fraîcheur. Son marché de jade, qui est la version contemporaine d’un roman de Kessel. Ses tea shops où l’on écoute du rap et le Min Thiha Café, au croisement des 28e et 72e rues, où défile une procession de moines en quête d’offrandes. Plus de 40 000 moines vivent à Mandalay.

C’est un peu plus à l’est que les amateurs de plaisirs lacustres découvriront la Venise birmane : Inle. Ce n’est pas une hallucination : à Inle, les habitants qui appartiennent à la minorité des Inthas courent sur l’eau. Des pêcheurs drapés d’un vêtement safran enroulent une de leurs jambes autour d’une perche en bois qui fait office de rame et posent au fond du lac des paniers ronds en forme de cloche pour attraper des poissons. Inle, c’est un lac nourricier autour duquel se lovent des canaux, des arroyos, de multiples bras aquatiques. Entre les maisons en bois sur pilotis, gardées par des chats birmans - les seigneurs de ce royaume insulaire -, des jardins flottants alignent des digues de terre où s’épanouissent fleurs et légumes.

La Birmanie est une noria, une roue d’eau qui ne cesse de tourner : lac, fleuve, mais aussi golfe du Bengale et mer d’Andaman qui baignent ses côtes. La ronde initiatique ne serait pas complète s’il n’y avait pas une escale à Ngapali, au nord-est de Yangon. Une longue plage de sable, plus peuplée par ses pêcheurs que par les touristes. Le soir, les bateaux sont glissés sur le sable vers la mer. Les pêcheurs partent lancer leurs filets, tandis que les femmes vont emprunter, dans la petite librairie locale, des histoires romantiques et sucrées à lire sous la lune. Les amateurs de littérature plus forte pourront se rendre dans le village de Than Thue, aux maisons coloniales déchues, où a séjourné George Orwell.

L’eau est aussi présente à Yangon. Nous continuerons à appeler ce port Rangoon pour sa magie conradienne. Le long des wharfs, les dockers, torse nu, déchargent des sacs de riz. Les immeubles de brique de style britannique du quartier portuaire du Strand rappellent une activité commerciale défunte. Rangoon est une ville de fantômes veillée par l’ombre de « la Lady », comme l’appellent les Birmans, Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, recluse dans un silence forcé. Toute la ville semble converger en permanence vers la pagode Shwedagon. C’est sans conteste la plus belle de toute l’Asie. Shwedagon est un royaume et une montagne d’or couverte de pagodons, de terrasses, de sanctuaires, où les cloches semblent voler. Shwedagon, c’est l’incandescence de la Birmanie, son soleil vivant. Et, au milieu de son stupa de 100 mètres de haut, lourd de ses 7 tonnes d’or, une girouette incrustée de ses 1 100 diamants et l’ombrelle de Mindon, légère comme une danseuse birmane sur son globe céleste.


déc 17 2009

Birmanie : six morts, 12 blessés dans un attentat en Etat Karen

source : Le Monde

Six personnes ont été tuées et douze blessées dans un attentat non revendiqué qui a frappé une petite ville de l’Etat karen, dans le nord-est de la Birmanie, a indiqué jeudi un responsable birman sous couvert de l’anonymat.

“Six personnes au total ont été tuées et douze autres blessées quand une bombe à retardement a explosé vers 21h00 (14h30 GMT) mercredi”, dans la petite ville de Phapun, à quelque 120 kilomètres de Rangoun, a précisé ce responsable à l’AFP.

“Un blessé est dans un état critique. C’est arrivé pendant les célébrations du Nouvel an”, qui se fêtait mercredi chez les Karens, a-t-il ajouté.

Selon l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, qui fait état de 7 morts, la bombe a explosé dans un marché à proximité de stands de nourriture, de vêtements et de jouets.

L’attentat n’a pas été revendiqué mais la ville touchée est proche des zones de combats des insurgés karens, qui s’opposent au gouvernement central birman.

L’Union nationale karen (KNU) se bat contre l’armée birmane depuis un demi-siècle pour obtenir son autonomie. Le pays est dirigé depuis 1962 par une dictature militaire.

Le régime militaire entend préserver “la stabilité de l’Etat” face aux revendications politiques et territoriales des minorités qui n’ont cessé de contester le pouvoir central depuis l’indépendance, en 1948.

Les généraux avaient repris l’offensive face aux rebelles Karens en juin dernier, puis en août face aux Kokangs, un groupe minoritaire sinisant, dans le nord-est reculé du pays, provoquant à chaque fois un exode massif de réfugiés.

Plusieurs experts et militants avaient alors estimé que la junte voulait mater les dernières rébellions dans les confins du pays avant les élections promises l’an prochain.

Au total, 17 groupes armés et 40 petits groupes ethniques ont signé des accords de cessez-le-feu avec la junte depuis 1988.


déc 16 2009

Aung San Suu Kyi rencontre des cadres de son parti

source : AFP

L’opposante birmane Aung San Suu Kyi a obtenu l’autorisation de rencontrer mercredi à Rangoun des cadres de la direction de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), en dépit de son assignation à résidence, a indiqué une source officielle birmane.

La figure de proue de l’opposition, condamnée en août à 18 mois supplémentaires d’assignation à résidence, a été conduite en fin de matinée à la maison des invités du gouvernement.

Elle s’est entretenue avec le président de la LND, Aung Shwe, son secrétaire Lwin et un membre du comité exécutif, Lun Tin, tous trois très âgés.

“Ils discutent actuellement”, a simplement précisé le responsable birman à l’AFP.

Mme Suu Kyi, 64 ans, avait demandé mi-novembre dans un courrier à la junte à pouvoir s’entretenir avec eux à leur domicile.

Mais elle “a accepté la suggestion des autorités de les rencontrer tous dans un même lieu pour des questions de sécurité”, avait précisé mardi soir le porte-parole de la LND, Nyan Win.

L’opposante avait aussi sollicité dans ce même courrier une rencontre avec le généralissime Than Shwe, homme fort de la junte. Officiellement, aucune réponse n’a été apportée à cette requête. Than Shwe n’a jamais caché détester profondément Aung San Suu Kyi.

Mais celle-ci “espère que ses autres requêtes seront acceptées (…). Elle pense que le gouvernement va y répondre favorablement”, a assuré Nyan Win.

La LND avait triomphé lors des dernières élections organisées en Birmanie, en 1990, mais n’a jamais été autorisée à exercer le pouvoir. La lauréate du prix Nobel de la paix a été pour sa part privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années.

Le régime militaire a promis d’organiser en 2010 des élections suite à l’adoption en 2008 d’une nouvelle constitution. La date du scrutin n’a cependant pas été annoncée et son organisation est suspendue à la promulgation de deux textes de lois dont le contenu est pour l’heure inconnu.

La condamnation de l’opposante en août, qui sera examinée le 21 décembre par la cour suprême, l’exclu de facto de ces élections.

Mais elle a repris un début de discussion avec les militaires depuis deux mois, après avoir exprimé publiquement sa volonté d’aider à la levée des sanctions occidentales, qui pèsent contre la population birmane sans pour autant faire fléchir la junte.

En novembre, l’opposante a aussi fait sa première apparition publique -son procès excepté- depuis 2003, dans un hôtel de Rangoun, accompagnée du secrétaire adjoint américain pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, Kurt Campbell, plus haut responsable américain à se rendre en Birmanie depuis 14 ans.


déc 15 2009

Decision Time for Than Shwe

source : The Irrawaddy - By BAMARGYI

There is a wide belief among democratic forces that the 2010 general election will be good for Burma—but are these optimists really aware of how the regime will organize it?

Fourteen prime ministers for states and divisions will be selected by the president and will select their own cabinet ministers. Elected or selected members of parliament will play no role in the state’s cabinet. Parliament will convene occasionally but members will only read prepared papers.

The only viable event in the whole process is the election of the president. As things stand, only the regime’s No 3, Thura Shwe Mann, is eligible for the post.

Like the 2008 referendum that paved the way for the 2010 election, the poll is already a done deal.

The aftermath, however, is uncertain. Nobody knows what will happen after the junta achieves its goal of giving itself legitimacy.

Junta chief Snr-Gen Than Shwe’s instruction is to change the system but not the people behind it.

The charade is nothing new in Burmese politics. In 1974, for instance, Gen Ne Win’s revolutionary council won legitimacy as an elected government with the help of ballot boxes but against the wishes of the majority of the people.

The 1974 election left the ruling council intact, with the chairmen of the townships and town councils becoming members of parliament.

The slogan was democratic socialism but corruption became institutionalized. The government was unpopular, including among  party officials and elected representatives.

Than Shwe is now following the same course. The players and the timeframe have changed but the basic plot and aims are the same.

Public opinion is the last thing on the minds of Than Shwe and the other junta generals. Their plan and its execution do not call for the participation of the citizens

The generals have their lackeys, minions and paid workers who will act according to the prescribed scheme.

General Ne Win realized that he made mistakes, discovering in 1987 that he had been badly deceived by his subordinates all along. Realizing his errors and believing he could manipulate the situation, Ne Win abandoned his lieutenants and turned to multiparty democracy.

But his deputies refused to enact his program for change, the Burmese Socialist Program Party collapsed and the army took over.

A wave of oppression followed, seriously damaging the people’s morale. Then came the events of 1988 and Than Shwe’s unexpected assumption of power. By then, all efforts to save the country had been wasted.

Ne Win began his failed campaign in 1974 but realized his failures only in 1987. He chose to abandoned his colleagues and the party, which was badly misguided and could not cope with the changes.

His attempt to change the system without changing the people behind it was a failed endeavor from the start. Subordinates lied to him for fear of losing their positions.

Than Shwe—who has also failed to recognize the true situation and has miscalculated his power— is bound to repeat the same mistakes as Ne Win.

The governing council thinks that 13 percent growth is a reality. Now that US $4 billion in natural gas revenue is sitting in the banks, it doesn’t care any more. The generals just want to enjoy their new-found wealth.

With increasing wealth and with nobody challenging his authority,  Than Shwe naturally wants China off his back.

Now that US President Obama is proposing dialogue and a new policy on Burma, Than Shwe might recognize the price he paid for friendship with China, which has sought dividends by doing business with rogue states.

Than Shwe approached Russia through U Thaung, Minister of Science and Technology, sending many young officers for training in the former communist states. But no visible achievement was scored there.

Gaining US friendship would have been a dream two years ago, but today it’s a reality. There is only factor in the way of  making this friendship a lasting one—the cooperation of opposition leader Aung San Suu Kyi.

Until recently, Than Shwe recoiled at the very mention of Suu Kyi’s name. Today he realizes that his only chance of escaping without a scratch depends on her.

Suu Kyi’s cooperation is not possible, however, without real change. Political prisoners must be freed and the unresolved 1990 election has to be settled. The new constitution also needs her blessing.

The animosity towards Suu Kyi harbored over the years has also taken hold of Than Shwe’s followers, who are like-minded people. Now Than Shwe needs to win over their support in making friends with the democratic opposition.

The hatred Than Shwe cultivated within the junta makes it difficult to change his direction. He has to convince his own people how badly he needs her friendship to move forward.

Their worry is, of course, self-preservation—if democracy flourishes, they will lose their positions and status.

This is the critical time for Than Shwe to seize his opportunity. He has to go against the flow and reverse the trend he himself created. The obstacles won’t be easy to overcome. A radically fresh outlook is needed.

There is still enough time if Than Shwe wants to make the election really democratic and help form a truly democratic government.

This is the only way that he can emerged as a hero and escape Ne Win’s fate. If he sticks to his corrupt generals that fate is assured.

With Suu Kyi’s help, Than Shwe could be a savior of the nation. A truly democratic government would provide a fresh start, with Than Shwe’s influence still intact. The country would be spared turmoil as a new batch of leaders took over.

The first step Than Shwe must take is to talk to Suu Kyi. Progress would then naturally follow.


déc 9 2009

Aung San Suu Kyi rencontre un responsable de la junte birmane

source : AP

L’opposante Aung San Suu Kyi a été escortée hors de chez elle mercredi pour des discussions avec la junte au pouvoir en Birmanie, pour la première fois depuis deux mois, selon des responsables ayant requis l’anonymat.

La dirigeante de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) s’est entretenue pendant trois quarts d’heure avec le ministre Aung Kyi chargé de la liaison entre le gouvernement militaire et la dissidente, assignée à résidence chez elle à Rangoon.

La dernière rencontre du genre datait du 7 octobre. L’opposante avait envoyé deux lettres au chef de la junte, le général Than Shwe, pour proposer sa coopération afin d’obtenir la levée des sanctions occidentales frappant le régime birman.

La teneur de l’entretien de mercredi n’a pas été divulguée. On ignore si c’était lié avec un article d’un journal d’Etat accusant à la lauréate du prix Nobel de la paix de vouloir faire pression sur le gouvernement en rendant publiques ses lettres. Dans son dernier message, daté du 11 novembre, Mme Suu Kyi demandait à rencontrer le général Than Shwe.

L’opposante âgée de 64 ans a passé 14 des 20 dernières années privée de liberté, assignée à résidence la plupart du temps. Elle a été condamnée à 18 mois supplémentaires en août dernier mais la Cour suprême devrait examiner son appel le 21 décembre. Le porte-parole de son parti, Nyan Win, n’était pas en mesure de confirmer la rencontre de mercredi.

La junte laisse entendre qu’elle pourrait remettre l’opposante en liberté pour lui permettre de participer au processus politique dans la perspective des élections législatives de 2010 mais rien de concret n’a été fait jusqu’ici. Les militaires subissent une forte pression de la communauté internationale, et notamment des Etats-Unis, qui ont pris des sanctions et exigent le retour à la démocratie ainsi que la libération d’Aung San Suu Kyi et de tous les autres prisonniers politiques.


déc 4 2009

La junte birmane va examiner la requête d’Aung San Suu Kyi contre son assignation à résidence

Le secrétaire adjoint pour l'Asie de l'Est et lePacifique américain, Kurt Campbell (à gauche), et son assistant Scot Marciel avec Aung San Suu Kyi, le 4 novembre 2009.

AFP/HLA HLA HTAY

Le secrétaire adjoint pour l’Asie de l’Est et le Pacifique américain, Kurt Campbell (à gauche), et son assistant Scot Marciel avec Aung San Suu Kyi, le 4 novembre 2009.

La Cour suprême de Birmanie accepte d’examiner la requête d’Aung San Suu Kyi contre sa condamnation à dix-huit mois supplémentaires d’assignation à résidence. “Les avocats [de l'opposante] devront présenter leurs conclusions le 21 décembre”, a annoncé un responsable birman sous couvert de l’anonymat. L’un des avocats de la figure de proue de l’opposition, Nyan Win, a confirmé la date de l’audience.

La lauréate du prix Nobel de la paix, 64 ans, a été condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés en août, pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu’à son domicile. La sanction a été commuée en une prolongation de sa résidence surveillée, qui l’exclut de facto du paysage politique pour les élections prévues en 2010.

PRIVÉE DE LIBERTÉ DURANT QUATORZE DE CES VINGT DERNIÈRES ANNÉES

Le verdict, qui a provoqué des critiques à l’encontre de la junte, a été confirmé en appel le 2 octobre. Mme Aung San Suu Kyi a été privée de liberté durant quatorze de ces vingt dernières années. Les relations entre l’opposante et la junte se sont légèrement améliorées au cours des deux derniers mois. En septembre, elle a écrit un courrier au généralissime Than Shwe, homme fort de la junte, dans lequel elle proposait de rencontrer des diplomates étrangers pour discuter des sanctions occidentales qui pèsent sur la junte. Cette requête avait été accordée. L’opposante avait aussi rencontré par deux fois Aung Kyi, le ministre du travail qui assure la liaison entre le régime et l’opposante.

Début novembre, elle a fait sa première apparition publique — son procès excepté — depuis 2003, accompagnée du secrétaire adjoint  pour l’Asie de l’Est et le Pacifique américain, Kurt Campbell, venu en Birmanie pour rouvrir un dialogue avec les militaires de Naypyidaw. Deux semaines plus tard, elle a écrit à la junte pour demander un entretien avec Than Shwe, afin de discuter avec lui de l’avenir du pays. Elle a aussi demandé l’autorisation de rencontrer des cadres du comité exécutif de la Ligue nationale pour la démocratie (LND).